Auto hypnose ericksonienne

L’intérêt pour l’hypnose dans la médecine contemporaine peut être attribué aux grands travaux du psychiatre et psychologue Dr. Milton Erickson (1901 – 1980) qui a crée l’auto hypnose ericksonienne.

Considéré comme le père de l’hypnose moderne, Erickson utilisait des méthodes qui court-circuitaient la conscience au moyen de suggestions indirectes, métaphores, anecdotes, confusions etc.…

En 1955 la British Medical Association accepta dans une résolution l’hypnose comme une forme de médecine.
En 1958 le conseil sur la santé mentale de l’American Medical Association accepta l’hypnose comme une méthode efficace et recommanda l’enseignement de l’hypnose au programme de des universités de médecine et des centres de formation.

La première définition de l’état de transe

William J. Bryan Jr., le fondateur de l’American Institute of Hypnosis, a défini l’hypnose ou l’introduction dans un état de transe comme :
“Un état altéré de la conscience normal, physiologique, semblable mais différent de l’éveil, semblable mais différent du sommeil ; et qui est produit par la présence de deux conditions :
1) un point d’attention focal et 2) des secteurs d’inhibition alentours.

L’état hypnotique produit trois résultats :

1) une concentration plus forte

2) une plus grande relaxation du corps

3) une plus grande réceptivité aux suggestions”.

Une définition moins technique de l’hypnose est : un état altéré de la conscience arrivant de façon naturelle dans lequel l’esprit critique est court-circuité et la réflexion sélective est établie.

Cela signifie simplement que le raisonnement, l’évaluation, le jugement de notre esprit (conscience) est court-circuité. Alors que l’on se demande comment cela peut se produire, on est sujet à ce phénomène tout le temps. L’industrie publicitaire a pour objet de dépasser notre jugement pour nous influencer vers un comportement acheteur.

L’auto hypnose ericksonienne et l’hypnose ericksonienne sont aujourd’hui les formes de l’hypnose les plus utilisées.

Suspendre notre capacité de jugement ?

On suspend notre faculté de jugement aussi quand une figure d’autorité nous fait un commentaire : un docteur, un avocat, un professeur ou bien d’autres personnes encore.

Les enfants oublient leur esprit critique lorsqu’ils jouent à des jeux d’imagination. Les acteurs doivent aussi stopper leur faculté de jugement lorsqu’ils jouent une pièce, et leur auditoire aussi pour accepter qu’ils représentent quelqu’un d’autre.

Cette concentration vers un objectif spécifique ou un comportement est fait de manière très précise et intense par l’hypnose. C’est comme regarder dans un télescope par le mauvais sens. On ne voit qu’une minuscule partie de ce qui nous entoure tout en sachant ce qu’il y a autour.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam