Cheminer en soi avec l’auto-hypnose.


Nous connaissons tous l’état de sommeil, cet état purement subjectif ou tout peut se transformer en permanence, ou notre raison semble en sommeil, pendant que des rêves fantaisistes prennent librement forme, projetés sur l’écran de notre imagination.
Puis nous nous réveillons, ou plutôt nous croyons nous réveiller, car dans notre quotidien nombre d’actions se produisent de façon tout aussi automatiques et subjectives que dans notre sommeil….

Beaucoup de personnes évoquent une nature, et s’identifient à leurs réactions quotidiennes : « je suis fragile » ou « je suis fort »… ces qualifications se basent en partie sur l’expérience, mais paraissent pourtant figer et retenir un changement, positif ou non.

Que connaissons-nous vraiment de nos comportements, de nos réactions ? Souvent, bien peu de choses.
Nous nous réveillons, et des perceptions, émotions, sensations, commencent à affluer. Plus ou moins en rapport avec les événements de notre journée, elles vont se succéder, l’une après l’autre, et l’action de notre conscience se borne bien souvent à les remarquer et à les qualifier.

Des « je me sens bien » ou « je me sens mal » viennent ponctuer cette danse interne qui se fait au rythme de nos actions.

Parfois, ces émotions semblent logiques : une bonne nouvelle nous rend joyeux, une plaisanterie dessine un sourire, et notre visage s’anime sous la pression interne de nos émotions.
Pourtant, une même nouvelle aura un impact différent selon notre humeur, selon nos pensées ou nos attentes.
Un même endroit peut sembler tour à tour agréable, neutre ou repoussant selon notre état d’esprit.
Et ce changement ne répond pas à une véritable logique.
Sommes-nous condamnés à être spectateurs de ces changements parfois imprévisibles, qui parfois même ont l’audace d’aller à l’encontre de nos souhaits ?


Notre conscience est une petite lumière perdue dans un océan inconnu : notre inconscient. 

C’est en plongeant dans notre inconscient que nous pouvons apprendre à connaître nos fonctionnements internes, apprendre à nous connaître et à nous révéler à nous-mêmes.

Bien souvent le mot inconscient a pris dans le monde moderne la place que le mot « démon » a pu avoir dans le passé. Mais cet a priori négatif ne vient que d’une méconnaissance de ce qu’est cette part de nous. Il est possible de dépasser la peur de l’inconnu qui en est bien souvent l’origine.
De tout temps des pratiques ont été créées pour atteindre d’autres états de conscience, et ouvrir la porte de l’inconscient. Appelées parfois prière, méditation, réflexion profonde, ou auto-hypnose, de nombreuses pratiques ont mis au point des exercices pour y parvenir.

Leur but est souvent le même : partir de cette petite lumière qu’est notre conscience pour la faire grandir, et l’aider à éclairer d’autre parties de nous-mêmes.
Certains recherchent cette fameuse « illumination » dans laquelle l’inconscient disparaît et se fond totalement avec la conscience… mais sans même aller jusque là, chaque avancée dans ce territoire inconnu nous amène à une plus grande liberté d’actions et de choix.
Plus nous nous connaissons, plus nous pouvons choisir et orienter nos réactions, comprendre et apprivoiser nos émotions, car c’est leur langage que nous découvrons en allant vers votre inconscient.

Décomposer nos actions, se regarder agir

Une façon très simple et agréable d’apprendre à connaître notre inconscient, consiste à s’observer d’une certaine façon :

Pendant que vous êtes en train d’accomplir des activités ordinaires, prenez simplement de la distance par rapport à vous-même.
Observez-vous depuis un autre point de vue, comme si votre regard se portait sur un film extérieur dans lequel vous apparaissez. Il ne s’agit pas forcément de vous visualiser avec précision et détail, mais surtout d’avoir conscience d’être entrain de vous observer.

Maintenant, toujours en vous visualisant, imaginez que c’est une autre personne : adoptez un regard aussi neutre que possible, et décomposez chacune de ses actions.
Remarquez ses gestes, analysez les expressions de son visage et tous les autres détails qui vous viennent à l’esprit. De ce point de vue, beaucoup de choses doivent vous sembler maladroites, étranges.

Maintenez cette perception quelques minutes jusqu’à vous habituer à cette distance et à faire croître la prise de recul. Puis, imaginez-vous entrain d’entrer en vous. Prenez à nouveau place dans votre corps, concentrez vous sur votre ressenti. Tout doit alors vous apparaître de façon plus intense : chaque geste, chaque action peut sembler différente, et surtout plus consciente.

Cet exercice, basé sur des changements de points de vue est une façon de remettre de la conscience dans des actions quotidiennes, de retrouver un meilleur contact avec soi, et de sortir des routines.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam