Découvrez ici un nouvel atout pour votre chemin vers la réussite

Vous avez sûrement lu la « parabole du vase« ? Si ce n’est pas le cas, faites le. Il y est dit : »trouvez vos gros cailloux ». Ils se trouve que ce sont ces gros cailloux qui vous permettront de vous soutenir dans votre marche vers la réussite. En général, nos gros cailloux sont les membres de notre famille.
John C. Maxwell, un de mes mentors en développement personnel, dit : » Réussissez chez vous et toutes les autres relations deviendront faciles. »

le chemin de la réussite
La famille : notre clé de la réussite
Première clé, d’abord créer une famille unie, un cocon dans lequel on est épaulé, soutenu et où en contrepartie on permet l’évolution des autres membres de la famille : époux, épouse, enfants. Cela se crée et nous devons, chacun y travailler dur.
Le cocon ne doit absolument pas être vu comme le défouloir des différents membres de la famille. Souvent, ce que l’on observe souvent ce sont des personnes qui après avoir accepter les critiques des patrons, les plaintes des clients et etc durant une longue journée de travail, arrivent exténuées à leur domicile et explosent avec leurs enfants. Non, cela n’encourage pas les échanges, l’évolution de l’amour et les encouragements mutuels.
Ensuite, pour réussir à créer et renforcer notre cocon, nous nous devons d’organiser notre vie de façon à passer le plus de temps que possible ensemble. Aujourdh´hui, nous passons notre temps à courir et finalement à juste se croiser à la maison entre toutes nos activités. Il fut un temps où les familles étaient plus proches, plus soudées car il y avait moins à faire à l’extérieur ou s’obligeaient des temps de réunion de famille et que les parents encourageaient les échanges. De nos jours, ces valeurs ont tendance à disparaître mais il appartient aux parents de s’organiser pour favoriser le partage et les échanges, sachant que la télévision et le téléphone, les jeux, internet n’arrangent rien. Des petits gestes simples comme aller chercher les enfants à l’école ou les y emmener le matin, les accompagner aux activités, ou tout simplement se réunir pour le dîner : manger ensemble, se raconter la journée passée ou discuter des projets de la famille.
Et bien entendu, laisser du temps pour les anniversaires, les cérémonies, les spectacles, les matchs, et… les dîners romantiques sont les occasions de profiter à fond des autres. Ce sont ces petites choses qui donneront la valeur ajoutée de notre famille et nous permettront d’ être un bon père, une bonne mère ou même un bon enfant.
Pour un bonheur permanent, savoir gérer les crises.

Autre facteur important, dans la famille il peut y avoir des crises qu’il faut savoir mener à bien. Moi, j’ai opté pour la gestion positive des crises. Les problèmes de façon générale sont inéluctables mais il faut les envisager comme un de nos vecteurs d’évolution. C’est leur résolution qui nous permet d’apprendre et de nous développer physiquement et mentalement. Et nous savons tous que le développement personnel est une des clés de la réussite.

Il faut donc adopter la bonne façon de faire :
– restons solidaires entre membre de la famille et luttons contre un problème pas contre une personne. Le problème de doit pas être un moyen de décharger ses frustrations,
– pas de conclusions hâtives, pour qu’une solution soit efficace, prenons la peine d’avoir pris connaissance de tous les faits,
– efforçons-nous de toujours réfléchir à toutes les alternatives. La colère et le blâme n’en sont pas,
-suivre notre instinct pour choisir la meilleure solution,
– » à toute chose, malheur est bon » toujours retenir le point avantageux d’une situation qui parait ne pas l’être,
– le plus important : faire de l’amour le moteur de la famille. Quoiqu’il arrive ne cessons jamais d’aimer les membres de notre famille. En temps de crise, dire ce qui ne va pas n’est pas cesser d’aimer si on prend le temps d’expliquer les voies d’amélioration.

La réussite passe aussi par les valeurs.
Un dernier point important, lui aussi, c’est le partage des valeurs. Chacun a ses propres valeurs mais au sein d’une famille les valeurs de base comme les croyances doivent être le point commun des membres. Sans ce points communs il faut d’attendre à de maigres chances de réussite.

par Armel GORON
Cet Article vous a plus ? Vous souhaitez en savoir plus ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam