La recherche de précision ou méta modèle.

Pour contourner les trois grands filtres qui entravent notre communication, sélection, distorsion et généralisation, le métamodèle nous aide à mieux communiquer.

La programmation neuro-linguistique (PNL) est un ensemble de techniques de développement personnel originaire des États-Unis. Le terme a été inventé par John Grinder et Richard Bandler dans les années 1970 et cette méthode s’inspire du travail de psychothérapeutes, dont Milton Erickson, Virginia Satir et Fritz Perls. La PNL nous apprend de nombreux outils pour mieux communiquer, dont le métamodèle, qui se révèle essentiel pour améliorer la communication en couple, en groupe, entre amis ou dans les relations professionnelles.

Qu’est-ce que le métamodèle en PNL ? A quoi sert-il ? Des exemples et des cas pratiques

Le métamodèle… Voila un bien grand mot pour un outil très simple qui permet en réalité de faire préciser à notre interlocuteur ce qu’il veut dire. Le métamodèle est un outil de maïeutique : il nous aide à faire « accoucher » la personne des solutions qu’elle porte en elle-même.

Ainsi, cet outil linguistique, d’une manière très respectueuse puisqu’il s’agit d’un moyen de questionnement grâce auquel nous nous adaptons à la « carte du monde » de l’autre, à la représentation du monde de la personne, nous aide à mieux le comprendre, à mieux nous comprendre.

Or cette représentation du monde, unique et propre à chaque personne. Nous devons bien comprendre que ce que nous disons, interprété par notre langage au travers de nos propres filtres de perception de la réalité, va ensuite être interprété par notre interlocuteur en fonction de ses propres filtres de perception de sa propre réalité, il ne reste que peu de points d’entente !

Les trois grands filtres de la communication, généralisation, sélection, distorsion

Avec la PNL, nous apprenons que les trois grands filtres de la communication sont la généralisation, la distorsion et la sélection.

  • L’intention positive de la généralisation est de nous permettre de faire des apprentissages. Ainsi, quand un enfant se brûle une fois un doigt en l’approchant d’une flamme, il n’aura pas besoin de retenter bien souvent l’expérience avant de se dire que la flamme, cela brûle ! Il aura appris par généralisation que tout ce qui ressemble à une flamme brûle et il ne remettra plus en question cette croyance très positive pour lui !
  • Le filtre de la distorsion conduit à déformer ce que nous percevons, pour nous le représenter d’une façon plus conforme par exemple à nos croyances : par exemple, nous faisons très fréquemment de la lecture de pensée d’autrui en interprétant un acte selon nos croyances. J’arrive au travail, mon chef ne me dit pas bonjour, j’en déduis (c’est là une distorsion) qu’il est en colère contre moi… Alors qu’il est sans doute préoccupé de lui-même, chacun étant d’abord préoccupé essentiellement… de lui-même. Je n’ai aucune preuve, car je me garderai bien d’aller vérifier l’information auprès de mon chef, qu’il est en colère contre moi, et je « tords » la réalité de la situation pour la faire rentrer dans mon cadre de perception.
  • Pour en venir au troisième filtre de la communication, nous parlerons de la sélection. Nous « sélectionnons » constamment ce que nous voyons, sentons, entendons. La sélection se produit lorsque nous négligeons, excluons ou oublions quelque chose. La sélection est une fonction importante de notre cerveau et de notre système nerveux. Elle nous évite d’être submergés par la masse des informations qui stimulent nos sens en permanence.

Comment utiliser le métamodèle dans notre vie quotidienne ? Des exemples concrets

Mais ces filtres de la perception nous jouent parfois des tours, quand nous oublions de considérer l’autre facette de la réalité : par exemple, quand je dis « je suis en colère », qu’ai-je communiqué ? En colère à propos de quoi ? De qui ? Ou encore « Je me sens trahi » : trahi par qui ? Qu’est-ce que la trahison pour moi ? Le rôle de l’outil du métamodèle est donc, en thérapie comme dans une conversation courante, de nous aider à faire préciser à l’interlocuteur ce que nous voulons vraiment dire.

Un exemple : quelqu’un vous dit « je ne sais pas ce que j’ai, je ne me sens pas bien »… avant d’éclater en sanglots en disant » et puis de toute façon, personne ne m’aime » !!! Voici l’exemple typique d’une communication qui n’en est pas une, qui viole toutes les règles du métamodèle ! Avec quelques questions simples, vous allez pouvoir aider cette personne à mieux comprendre ce qui se passe en elle, pour tenter également de mieux la comprendre en contournant les filtres de la perception.

  • je ne sais pas ce que j’ai : que ressens-tu, quels sont tes besoins en ce moment, (ne partez pas dans le passé… ce qui compte c’est ce qu’elle ressent maintenant, ce qui se passe en elle à ce moment précis), que te dis-tu de toi-même ? Nous avons beaucoup de mal à mettre des mots sur ce qui se passe en nous, raison pour laquelle nos problèmes nous semblent insolubles. Si nous savons ce dont nous avons besoin vraiment, nous avons de meilleures chances de l’obtenir.
  • je ne me sens pas bien : qu’est-ce que ce serait pour toi, se sentir bien, (utilisez le contre-exemple), y a t-il des moments où tu te sens bien ? Le but est d’aider la personne à préciser son état internet, son ressenti négatif. En mettant des mots dessus, elle a plus de chance de régler le problème que si ce problème est flou, indéfini, éthéré et gazeux ! A problème imprécis, réponses et solutions imprécises, à problème précis et défini, réponse et solution précises et définies !
  • personne ne m’aime : généralisation typique, comme les fameux « c’est toujours moi qui…. » dans la communication de couple ! Les questions à poser : Vraiment personne ? Vraiment jamais ?

Comme nous le voyons, le métamodèle peut nous aider à mieux comprendre notre propre fonctionnement, mais aussi à mieux comprendre le fonctionnement de notre interlocuteur et grâce à des questions toutes simples, à améliorer en profondeur notre communication avec nous-même, et avec l’autre.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam