Le self talk ou le dialogue interne

Soyez attentif à la façon dont vous vous parlez en vous-même ! Comment vous parlez vous ? Comment vous interrogez-vous ? De quelle façon réagissez-vous face à une situation délicate ?

Vous remarquerez que votre discours intérieur est parfois très dévalorisant. Les mots sont souvent sévères à votre encontre. Pourtant, rien ne vous y oblige !

La théorie:

Longtemps vous avez perçu et entendu les critiques de vos professeurs, parents, etc. Ce processus, vous l’avez intégré profondément dans votre subconscient.

Vous n’avez aucune raison de « revivre » cette dévalorisation. Au contraire ! Vous avez le droit – et le devoir – d’entretenir un dialogue intérieur puissant, positif et dynamisant.

En préparation mentale,la pensée rationnelle émotive, la restructuration cognitive, l’arrêt de la pensée ou encore l’autosuggestion sont utilisés, entre autre, pour réguler le discours interne et les schémas de pensées de l’athlète au court de sa pratique sportive.

L’objectif premier est d’induire de nouvelles constructions mentales pour générer un comportement davantage adapté à sa pratique dans l’objectif d’entraîner un plus grand taux de réussite.

Quand un fait survient ,victoire ou défaite ,on ne peut le changer,mais on peut choisir l’attitude,c’est-à-dire la façon dont on choisit de penser et de ressentir la situation. Chez les anglo saxons,il y a un terme,surtout aux états unis,c’est la résilience (resiliency),difficilement traduisible chez nous qui évoque cette capacité à rebondir après une défaite,un échec,forme d’élasticité
mentale.Le dialogue interne positifs envoie les messages au subconscient qui relativise,di-gère ,et dépasse la situation.

L’attitude est-ce qui fait un champion.

Le dialogue interne améliore l’attitude.

La pratique:

Dès que vous notez un dialogue négatif, changez-le immédiatement en une phrase positive inverse.

De la même manière,certains aiment bien s’imposer en écrasant les autres.Si une personne de votre entourage vous affuble d’un sobriquet sympathique du genre « ça va le gros ? »,au-delà de l’anecdotique,cela vous enferme dans un étiquettage de vous-même et vous suggère négativement que vous êtes gros,que vous ne changerez pas.

Dites simplement à cette personne de ne plus vous appelez comme ça,si elle ne le comprend pas,ôtez là temporairement de votre processus de progression et de votre entourage immédiat,faites le ménage dans vos relations,et n’ayez pas honte,au moins pendant la phase délicate pré compétitive,pendant laquelle on est sensible ,en proie au doute , de ne pas vous entourer de gens négatifs qui vous enferment dans la « loose attitude ».

D’ailleurs,soyez attentif à la façon dont les gens s’expriment autour de vous,vous verrez que ceux qui réussissent parlent et se parlent de façon positive,alors pourquoi s’en priver ?

Faites le vous-mêmes:

On peut cesser de suggérer négativement son subconscient en remplaçant les dialogues internes négatifs comme ceci:

Se concentrer uniquement sur les solutions plutôt que les problèmes Exemple:plutôt que de se dire « j’ai perdu »,se dire « comment aurais je pu gagner dans ce cas? »

S’attendre au meilleur. Exemple: « et si je ne passe pas ce
tour,malgré tout le travail mental que j’ai fait ?,se dire « ça va le
faire,je me suis préparé »,cela permet de ne pas générer d’avantage d’anxiété,source
d’échec.

Le devoir et le pouvoir :remplacer les « j’aurais du »par « j’auraispu »,cela donne le sens des possibilités et responsabilise le sportif quichoisit en individu responsable ,et n’est plus le jouet des circonstances
extérieures. c’est un grand soulagement même en cas d’échec,il faut alorsbrebondir sur le 1

Eviter les absolus et extrêmes .Exemple: remplacer« je n’arriverai jamais à grimper cette voie » par « aujourd’hui,je n’ai pas réussi, mais demain est un autre jour,on verra… »

Cesser les « oui mais »:au lieu de s’abriter,se déresponsabiliser,derrière le listing d’excuses,sincèrement écouter et entendre ce que l’autre propose pour aider.

Pratiquer l’affirmation positive de façon régulière:parler au présent,parler de soi (« je réussis ma série » plutôt que « je bats mes adversaires »)et formulé en termes positifs. Enfin,la phrase doit être courte. Vous pouvez l’inscrire en message d’accueil de pc,de Gsm,même dans votre bureau jusqu’à ce qu’elle fasse partie de vous,qu’elle intègre votre univers intérieur, et que vous trouviez normal et naturel de réaliser votre projet sportif.

Trouver des slogans percutants: Mohamed Ali se répétait : « bouger comme un papillon,piquer comme une abeille »
Pour aller plus loin…

– What to Say When You Talk to Your Self (Mass Market Paperback), Shad Helmstetter ,2002

– Lost Teachings of Atlantis Jon Peniel ,2004

– Self-Talk: Key to Personal Growth (Paperback), David Stoop,2003

Oops ! on dirait que les français ont du mal à aborder le sujet ! pas assez analytique pour nous ?

Christophe mattei /www.espacedeperformance.com

Enseignant certifié PNL

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam