les 8 leçons de leadership de Nelson Mandela

By | 15 juillet 2014

L’ex-président sud-africain, aujourd’hui âgé de 92 ans est l’une des personnalités marquantes du siècle dernier, et un formidable exemple de leadership. Time Magazine a publié en 2008 sur son site WEB un article de Richard Stengel intitulé «les 8 leçons de leadership de Nelson Mandela. » Cet artiicle illustre fort bien quelques principes PNL enseignés dans les formations sur le leadership

: la présence permanente d’une forte vision à long terme et d’une considérable flexibilité tactique ; la maîtrise de soi et la gestion de ses états internes ; la prise de risques ; la recherche de ce qui rassemble les différences ; l’enseignement par l’exemple et être un modèle des changements attendus ; la capacité à recadrer et à inspirer les autres ; la capacité à influencer en se synchronisant sur le modèle du monde de ses interlocuteurs, puis en les guidant vers ses idées ; l’attention porté aux autres, ses capacités d’écoute et l’adoption fréquente de la deuxième position même avec ses ennemis ; l’importance des messages non verbaux ; une pensée non polaire ; l’aisance avec les idées contradictoires ; l’humilité et une capacité à se remettre en cause…etc.

Les huit leçons de leadership de Mandela :

1 – Le courage n’est pas l’absence de peur- c’est inspirer les autres à la dépasser.
2 – Dirigez depuis le front- mais ne laissez jamais votre base à l’arrière.
3 – Dirigez depuis l’arrière – et laissez croire aux autres qu’ils sont à l’avant
4 – Connaissez votre ennemi et sachez son sport de favori. (apprenez à parler sa langue)
5 – Gardez vos amis près de vous – et vos rivaux encore plus près.
6 – Soignez l’apparence- et n’oubliez pas de sourire.
7 – Rien n’est noir ou blanc.
8- Partir c’est aussi diriger

Le texte ci dessous est la traduction de l’article de Time MagazineNelson Mandela s’est to ujours senti plus à l’aise avec des enfants, et par certains côtés sa plus grande privation a été de passer 27 ans sans entendre le cri d’un bébé ou sans tenir la main d’un enfant. Le mois dernier, j’ai rendu visite à Mandela à Johannesburg. Un Mandela plus frêle et plus brumeux que celui que j’avais l’habitude de connaître. Son premier geste fut d’ouvrir les bras à mes deux garçons. En quelques secondes ils étreignaient le vieil homme amical qui leur demandait quels sports ils aimaient et ce qu’ils avaient eu pour le petit déjeuner. Tandis que nous parlions, il a tenu mon fils Gabriel, dont le deuxième prénom compliqué est Rolihlahla, le vrai prénom de Nelson Mandela. Il a dit à Gabriel l’histoire de ce nom, qui en langue Xhosa se traduit par « tirer vers le bas la branche d’un arbre », mais dont la vraie signification est « fauteur de troubles. »Alors qu’il célèbre son 90ème anniversaire la semaine prochaine, Nelson Mandela a créé assez de troubles pour plusieurs vies. Il a libéré un pays de la violence et aidé à unir blanc et noir, l’oppresseur et l’opprimé, d’une façon jamais utilisée auparavant. Dans les années 90, j’ai travaillé avec Mandela pendant presque deux années sur son autobiographie, Longue marche vers la liberté. Après la publication du livre, et tout ce temps passé en sa compagnie, j’ai senti un terrible sentiment de retrait ; c’était comme retirer le soleil de la vie de quelqu’un. Nous nous sommes vus de temps à autre au cours des années suivantes, mais j’ai voulu lui faire une dernière visite et le faire rencontrer à mes fils une plus de fois.
J’ai également voulu lui parler du leadership. Mandela est comme un saint séculaire très proche, mais il serait le premier à admettre qu’il est plus qu’un passage pour piétons : un politicien. Il a renversé l’apartheid et a créé une Afrique du Sud démocratique et non raciale en sachant avec précision quand et comment mener la transition entre ses rôles de guerrier, de martyr, de diplomate et d’homme d’État. Mal à l’aise avec les concepts philosophiques abstraits, il me disait souvent que la résolution d’un problème « n’est pas une question de principe ; c’est une question de tactique. » C’est un maître de la tactique.
Mandela n’est plus à l’aise avec des enquêtes ou les demandes de services. Il craint de ne pouvoir répondre aux attentes des ceux qui viennent rendre visite à un demi dieu et s’inquiète de ne pas être perçu comme diminué. Mais le monde n’a jamais eu besoin des cadeaux de Mandela, comme tacticien, act iviste, politicien, et il l’a montré encore à Londres le 25 juin, quand il s’est levé pour condamner la sauvagerie de Robert Mugabe au Zimbabwe. Alors que nous sommes dans une campagne présidentielle historique en Amérique, il a beaucoup à enseigner aux deux candidats. J’ai toujours pensé à ce que vous alliez  lire des règles de Madiba (Madiba, son nom de clan, et le nom utilisé par ses proches), elles sont assemblées à partir de nos conversations anciennes et nouvelles et à partir d’une observation plus ou moins proche. Elles sont avant tout pratiques. Bon nombre d’entre elles proviennent directement de son expérience personnelle. Elles sont toutes conçues pour provoquer les plus beaux troubles : les troubles qui nous forcent à nous demander comment nous pouvons faire du monde un meilleur endroit.1- Le courage n’est pas l’absence de peur – c’est inspirer les autres à la dépasser.En 1994, au cours de la campagne présidentielle, Mandela s’est envolé dans un avion minuscule vers les champs de massacre de Natal, afin de donner un discours à ses partisans zoulou. J’ai accepté de le rencontrer à l’aéroport, où nous devions continuer notre travail après son discours. Quand l’avion était à 20 minutes de l’atterrissage, un des moteurs s’est arrêté. Certains ont commencé à paniquer. La seule chose qui les a calmés était de regarder Mandela qui tranquillement lisait son journal, comme un banlieusard dans son train du matin pour se rendre à son bureau. L’aéroport était prêt pour un atterrissage de secours, et le pilote est parvenu à faire atterrir l’avion sans dommages. Quand Mandela et moi nous nous sommes retrouvés sur la banquette arrière de sa BMW blindée qui devait nous amener au rassemblement, il s’est tourné vers moi et a dit, « Tu sais, j’ai été terrifié là haut ! ». Mandela avait souvent peur au cours de son épreuve de Rivonia qui a conduit à son emprisonnement sur l’île de Robben. « Naturellement j’avais peur ! » me disait-il plus tard. Il aurait été irrationnel, a t-il dit, de ne pas l’être. « Je ne peux pas prétendre que je suis courageux et que je peux battre le monde entier. » Mais en tant que chef, vous ne pouvez pas le faire savoir aux autres. « Vous devez vous mettre en avant. »
Et c’est précisément ce qu’il a appris à faire : feindre et, par l’acte d’apparaître courageux, inspirer les autres. C’était une scène que Mandela a perfectionné sur l’île de Robben, où il y avait beaucoup à craindre. Les prisonniers qui étaient avec lui disaient qu’ils l’observaient faire sa promenade dans la cour, droit et fier, et que cela était suffisant pour leur permettre de tenir pendant des jours. Il savait qu’il était un modèle pour d’autres, et cela lui a donné la force de vaincre sa propre peur.2- Dirigez depuis le front- mais ne laissez jamais votre base à l’arrière.

Mandela est prudent. En 1985 il a été opéré pour un adénome de la prostate. Quand il est retourné en prison, il a été séparé de ses collègues et amis pour la première fois en 21 ans. Ils ont protesté. Mais comme son ami de longue date Kathrada le rappelle, il leur a dit, « attendez une minute, les gars, quelque chose de bon peut émerger de ceci. » Le bon, c’était que Mandela avait lancé des négociations avec le gouvernement de l’apartheid. Un anathème pour le congrès national africain (ANC). Après des décennies de propos « les prisonniers ne peuvent pas négocier » et après avoir préconisé une lutte armée qui amènerait le gouvernement à ses genoux, il a décidé qu’il était temps de commencer à parler à ses oppresseurs.
Quand il lance ses négociations avec le gouvernement en 1985, nombreux pensaient qu’il perdrait. « Nous pensions qu’il se vendrait » dit Cyril Ramaphosa, le puissant et fier chef de l’union nationale des mineurs. « Je suis allé le voir pour lui dire, que faîtes-vous ? – C’était une initiative incroyable. Il a pris un risque majeur. »

Mandela a lancé une campagne pour persuader l’ANC qu’il détenait la bonne manière de faire. Sa réputation était en jeu. Il est allé voir chacun de ses camarades en prison, Kathrada s’en rappelle, et a expliqué ce qu’il faisait. Lentement et délibérément, il les a emmenés avec lui. « Tu emportes ta base de soutien avec toi, » dit Ramaphosa, qui était secrétaire général de l’ANC et est maintenant un homme d’affaires. « Une fois que vous arrivez en tête de pont, vous permettez alors au peuple de passer. Ce n’est pas un leader de « buble gum » qui le mastique et le jette après. »
Pour Mandela, refuser de négocier était une question de tactique, et pas une question de principe. Durant toute sa vie, il a toujours fait cette distinction. Son principe permanent – le renversement de l’apartheid et l’obtention d’un vote par homme est resté immuable, et presque tout ce qui l’a aidé à réaliser ce but a été considéré comme tactique. Il est le plus pragmatique des idéalistes.

« C’est un homme historique » dit Ramaphosa. « Il pensait au chemin à réaliser bien avant nous. Il a la postérité à l’esprit : Comment ont-ils imaginé ce que nous avons fait ? » La prison lui a donné la capacité à adopter une vision long terme. C’est comme cela ; il n’y avait aucune autre possibilité. Il ne pensait pas en termes de jours ou semaines mais en décennies. Il savait que l’histoire était de son côté, et que le résultat était inévitable ; C’était juste la question du quand et comment elle serait réalisée. Les « choses seront meilleures à la longue » a t-il parfois dit. Il a toujours travaillé pour le long terme.

3- Dirigez depuis l’arrière – et laissez croire aux autres qu’ils sont à l’avant

Mandela aimait se rappeler sa jeunesse et ses après-midi paresseux à conduire le bétail. « Vous savez, vous pouvez seulement les diriger par l’arrière. » Il soulevait alors ses sourcils pour s’assurer que j’avais compris l’analogie.
En tant que jeune garçon, Mandela a été considérablement influencé par Jongintaba, le roi tribal qui l’a élevé. Quand Jongintaba avait des réunions avec sa cour, les hommes se réunissaient en cercle, et seulement après que chacun ait parlé, le roi commençait à s’exprimer. Le travail du chef, disait Mandela, n’était pas de dire aux gens quoi faire mais d’élaborer un consensus. « N’amenez pas la discussion trop tôt, » avait-il l’habitude de dire.

Pendant ma période de travail avec Mandela, il convoquait souvent des réunions dans la cuisine de sa maison d’Houghton, une belle vieille banlieue de Johannesburg. Il recevait une demi-douzaine d’hommes, Ramaphosa, Thabo Mbeki (qui est maintenant le président sud-africain) et d’autres autour de la table de sa salle à manger ou parfois en cercle dans son allée. Certains de ses collègues lui criaient d’agir plus rapidement, d’être plus radical et Mandela écoutait simplement. Quand il finissait par parler lors de ces réunions, il récapitulait lentement et méthodiquement chacun des points de vue et alors déployait ses propres idées, orientant subtilement la décision dans la direction souhaitée sans l’imposer. Le truc du leadership est de se permettre d’être également mené par d’autres. « C’est sage, » disait-il, « pour persuader des personnes de faire des choses et les penser comme si c’était leur propre idée. »

4- CONNAISSEZ VOTRE ENNEMI ET SACHEZ SON SPORT DE FAVORI. (APPRENEZ À PARLER SA LANGUE)

Dès les années 60, Mandela a commencé à étudier l’afrikaans, la langue des Africains blancs du sud qui ont créé l’apartheid. Ses camarades dans l’ANC l’ont taquiné à ce sujet, mais il a voulu comprendre le point de vue de l’Afrikaner ; il savait qu’un jour il les combattrait ou négocierait avec eux et que de toute façon son destin était lié à ceux des Africaners.
C’était stratégique dans les deux sens : en parlant la langue de ses adversaires, il pouvait comprendre leurs forces et leurs faiblesses et formuler ainsi une tactique appropriée. Mais il se plaçait également dans les bonnes grâces de son ennemi. Chaque geôlier habituel de P.W. Botha a été impressionné par la bonne volonté de Mandela à parler l’afrikaans et par sa connaissance de l’histoire des Afrikaners. Il a même progressé dans sa connaissance du rugby, le sport préféré des Afrikaners, pour pouvoir  comparer les notes des équipes et des joueurs. Mandela a compris que les noirs et les Afrikaners avaient quelque chose de fondamental en commun.

Les Afrikaners se sont pensés pour être des Africains aussi profondément que l’ont fait les noirs. Il a également su que les Afrikaners avaient été eux mêmes victimes de préjudices : le gouvernement britannique et les colons anglais blancs les ont mal considéré. Les Afrikaners ont souffert d’un complexe d’infériorité culturel presque autant que des noirs.
Mandela était un avocat, et en prison il a aidé les gardiens à résoudre leurs problèmes juridiques. Ils étaient moins instruits que lui, et c’était extraordinaire pour eux qu’un homme noir ait été disposé à les aider. C’était  « les individus les plus impitoyables et brutaux du régime de l’apartheid » dit Allister Sparks, le grand historien sud-africain, et il réalisait qu’il était possible de négocier avec les pires individus.

5- GARDEZ VOS AMIS PRÈS DE VOUS – ET VOS RIVAUX ENCORE PLUS PRÈS.

Les invités de Mandela dans la maison qu’il a construite dans Qunu, étaient des personnes en qui, m’a t-il dit, il n’a pas complètement confiance. Il les invitait à dîner ; il les appelait pour les consulter ; il les flattait et leur donnait des cadeaux. Mandela est un homme qui possède un charme considérable et il utilisait son charme encore plus avec ses rivaux qu’avec ses alliés. Sur l’île de Robben, Mandela intégrait toujours dans ses pensées des hommes qu’il n’aimait pas. Une personne dont il est devenu proche était Chris Hani, le fier chef de l’aile militaire de l’ANC. Certains pensaient que Hani conspirait contre Mandela, mais Mandela le mettait à l’aise. « Ce n’était pas seulement Hani » dit Ramaphosa.   « C’était également de grands industriels, les familles de mineurs, l’opposition. Il prenait le téléphone et les appelait pour leurs anniversaires. Il allait aux enterrements des familles. Il voyait cela comme une opportunité. » Quand Mandela est sorti de la prison, il a intégré ses geôliers parmi ses amis et a placé les chefs qui l’avaient maintenu dans la prison, au sein de son premier Cabinet. Pourtant je savais qu’il avait du mépris pour certains de ces hommes.
Il y avait des périodes où il ne se préoccupait pas des autres et un temps ou comme de nombreuses personnes dotées d’un grand charme,  il se permettait d’être charmé. Mandela a développé une relation rapide avec le Président sud-africain F.W. de Klerk, et c’est pourquoi il s’est plus tard senti trahi quand De Klerk l’a attaqué en public.
Mandela a cru qu’embrasser ses rivaux était une manière de les contrôler : ils étaient plus dangereux seuls que dans son cercle d’influence. Il a aimé la fidélité, mais il n’a jamais été hanté par elle. Après tout, il avait l’habitude de dire  « Les gens agissent dans leur propre intérêt » C’était simplement un fait de la nature humaine, et non pas un défaut. L’inconvénient d’être un optimisme, il en était un, était de trop faire confiance aux autres. Mais Mandela considérait que la manière de traiter ceux en qui il n’avait pas confiance permettait de les neutraliser avec le charme.

6- SOIGNEZ L’APPARENCE- ET N’OUBLIEZ PAS DE SOURIRE.

Quand Mandela était un pauvre étudiant en droit à Johannesburg, portant son costume usé, il a voulu rencontrer Walter Sisulu. Sisulu était un age nt immobilier et un jeune chef de l’ANC. Mandela a vu un homme noir sophistiqué qui avait réussi, et dont il pouvait devenir une émule. Sisulu voyait le futur.
Sisulu m’a dit que ses grandes questions dans les années 50 concernaient la transformation de l’ANC en mouvement de masse ; et puis un jour, il s’est rappelé avec un sourire  « un leader de masse a marché dans mon bureau. » Mandela était grand et beau, un boxeur amateur qui se tenait avec la majesté du fils d’un chef. Et il eu un sourire qui était comme le soleil qui apparaît un jour de nuage.
Nous oublions parfois le lien historique entre le leadership et l’aspect physique. Dans chaque pièce où il est entré, George Washington était l’homme le plus grand et probablement le plus fort. La taille et la force ont plus à faire avec l’ADN qu’avec les manuels de leadership, mais Mandela avait compris comment son aspect physique pouvait jouer en sa faveur. Comme chef de l’aile militaire souterraine de l’ANC, il insistait pour être photographié avec sa fatigue et avec une barbe, et tout au long de sa carrière il a été soucieux de s’habiller convenablement en fonction de sa position. George Bizos, son avocat, se rappelle qu’il a rencontré la première fois Mandela au magasin d’un tailleur indien dans les années 50 et que Mandela était le premier noir sud-africain qui essayait un costume. Maintenant l’uniforme de Mandela, c’est une série de chemises exubérantes qui expriment le grand-père joyeux de l’Afrique moderne.
Quand Mandela travaillait pour la présidence en 1994, il savait que les symboles avaient autant d’importance que la matière. Il n’était pas un grand orateur public, et les gens s’accordaient à ce qu’il disait après les premières minutes. Mais c’était l’iconographie que les gens comprenaient. Quand il était sur une tribune, il faisait toujours le toyi-toyi, la danse noire des banlieues et l’emblème de la lutte. Mais bien plus important était son sourire brillant et total. Pour les Africains blancs du sud, le sourire a symbolisé le manque d’amertume de Mandela et sa bonne disposition vis à vis d’eux. Aux électeurs noirs il disait, je suis le guerrier heureux, et nous triompherons. L’affiche douée d’ubiquité de l’élection de l’ANC était simplement son visage souriant. « Le sourire » dit Ramaphosa, « était le message. »
Après être sorti de prison, les gens disaient à plusieurs reprises « c’est étonnant qu’il ne soit pas amer ». Il y a mille choses dont Nelson Mandela était amer, mais il savait plus que tout qu’il convenait de projeter l’émotion inverse. Il a toujours dit « oubliez le passé » mais je sais qu’il ne l’a jamais fait.

7- RIEN N’EST NI NOIR NI BLANC

Quand nous avons commencé nos séries d’entretiens, je posais souvent des questions comme celle-ci à Mandela : Quand avez-vous décidé de suspendre la lutte armée, et c’était parce que vous aviez réalisé que vous n’aviez pas la force de renverser le gouvernement ou parce que vous aviez su que vous pouviez gagner l’opinion internationale en choisissant la non violence ? Il m’accordait alors un regard et une parole curieuse  « pourquoi pas tous les deux ? »
J’ai commencé à poser des questions plus futées, mais le message était clair : la vie n’est jamais ou/ou. Les décisions sont complexes, et il y a toujours des facteurs opposés. Rechercher des explications simples constitue la polarisation du cerveau humain, mais cela ne correspond pas à la réalité. Rien n’est jamais aussi franc qu’il n’y paraît.
Mandela est à l’aise avec la contradiction. En tant que politicien, il était un pragmatique qui a vu le monde comme infiniment nuancé. Je crois qu’une grande part de ceci vient de la vie d’un homme noir dans un système de ségrégation qui offrait au quotidien des choix moraux atroces et débilitants : dois-je en référer au patron blanc pour obtenir le travail que je veux et éviter une punition ? Est-ce que je porte mon permis ?
Comme homme d’État, Mandela était inhabituellement fidèle à Muammar Gaddafi et à Fidel Castro. Ils avaient aidé l’ANC quand les États-Unis stigmatisaient toujours Mandela comme terroriste. Quand je l’ai interrogé au sujet de Gaddafi et de Castro, il a dit que les Américains tendent à voir des choses en noir et blanc, et il me reprochait mon manque de nuance. Chaque problème a de nombreuses causes. Alors qu’il était indiscutablement et clairement contre l’apartheid, les causes de l’apartheid étaient complexes. Elles étaient historiques, sociologiques et psychologiques. Le calcul de Mandela était toujours : qu’elle est la finalité que je recherche, et quelle est la manière la plus pratique d’y arriver ?

8- PARTIR C’EST AUSSI DIRIGER

En 1993, Mandela m’a demandé si je connaissais des pays où l’âge minimum de vote était moins de 18 ans. Ma recherche a aboutit à une liste plutôt médiocre : L’Indonésie, Cuba, le Nicaragua, la Corée du Nord et l’Iran. Il a incliné la tête et a fait un compliment : « Très bon, très bon. » Pendant deux semaines, Mandela est allé à la télévision sud-africaine et a proposé que l’âge de vote soit abaissé à 14 ans. « Il a essayé de nous vendre l’idée » rappelle Ramaphosa, « mais il était le seul [défenseur]. Et il a dû faire face à la réalité qu’elle ne pourrait voir le jour. Il l’a accepté avec une grande humilité. Il ne boude pas. C’était également une leçon de leadership. »
Le fait de savoir lâcher une mauvaise idée, rend les décisions du leader plus difficile. Le plus grand legs de Mandela comme président de l’Afrique du Sud a été sa manière de quitter sa fonction. Quand il a été élu en 1994, Mandela pouvait avoir été pressenti comme un président à vie, et nombreux estimaient que c’est ce que l’Afrique du Sud lui devait compte tenu de ses nombreuses années passées en prison.

Dans l’histoire de l’Afrique, il y a eu qu’une poignée de chefs démocratiquement élus qui ont volontairement retiré leurs candidatures. Mandela a été un précédent pour tous ceux qui l’ont suivi, non seulement en Afrique du Sud, mais à travers le reste du continent. Il serait l’anti-Mugabe, l’homme qui a donné naissance à son pays et qui a refusé de le prendre en otage. « Son travail était de fixer la route » dit Ramaphosa, « pour ne pas diriger le bateau. » Il sait que les chefs mènent autant par ce qu’ils choisissent de ne pas faire que par ce qu’ils choisissent de faire.
En fin de compte, la clef de la compréhension de Mandela, est dans ces 27 années en prison. L’homme qui a marché sur l’île de Robben en 1964 était émotif, entêté, facilement piquant. L’homme qui en est sorti était équilibré et discipliné. Il n’est pas et n’a jamais été dans l’introspection. Je lui ai souvent demandé en quoi l’homme qui est sorti de prison était différent du jeune homme obstiné qui était en y rentrant. Il a détesté cette question. En fin de compte, et dans un moment d’exaspération il m’a un jour dit  « je suis sorti mûr. » Il n’y a rien de plus rare ou de plus valable qu’un homme mûr. Joyeux anniversaire, Madiba.

Source.http://www.institut-repere.com/PROGRAMMATION-NEURO-LINGUISTIQUE-PNL/institut-repere-base-documentaire-les-8-lecons-de-leadership-de-mandela.html

Print Friendly