L’ENVIRONNEMENT (Les 6 niveaux logiques de Robert Dilts : premier niveau)

By | 12 mars 2014

L’ENVIRONNEMENT est le premier niveau logique : il constitue les fondations de votre vie. Si elles sont solides, vous pouvez construire les niveaux suivants avec assurance. Sinon, tout va vous tomber sur le nez ! Voyons ce qui est fragile ou dans ce premier élément.

En vous reportant à la chronique précédente , vous comprendrez que nous allons « scanner » votre vie pour en détecter les failles, que nous allons réparer, ou/et les forces que nous mettrons en évidence. Souvent, vous aurez recours à cet outil parce que vous souffrez, votre vie dérape et vous êtes déterminé à savoir pourquoi. Cependant, vous pouvez également l’utiliser pour comprendre comment vous faites pour avoir une vie heureuse et équilibrée. Ce n’est pas le tout d’avoir une belle vie, encore faut-il savoir pourquoi ! La PNL (programmation neuro linguistique), que Robert Dilt continue à développer aux États-Unis, a modélisé d’éminents psychiatres dont le Dr Milton Erickson (mon idole !), pour comprendre quelles stratégies ils utilisaient pour avoir de bons résultats avec leurs patients. Pour comprendre comment font ceux qui sont heureux, il faut étudier leurs stratégies.

C’est pourquoi, je vous conseille de poser une simple question à la personne que vous choisirez comme coach : « Réussissez-vous ce que je veux réussir ? ». Il est tout à fait possible de tomber sur une personne du style « faites ce que je dis, mais pas ce que je fais » et qui vous guidera, peut-être bien, peut-être pas, dans un domaine qu’elle ne maîtrise pas. En clair : si vous avez la phobie des araignées ou des serpents, le vertige, la peur des ascenseurs ou des ponts et que votre coach souffre du même problème, pas facile pour lui de vous entraîner à vous en débarrasser ! Imaginez que le professionnel que vous avez choisi souffre de dépendance affective et que c’est exactement ce que vous voulez régler, vous formerez une drôle d’équipe ! Bref, vérifiez que le coach que vous recrutez soit bien en maîtrise du problème et en mesure de vous guider pour en finir.

Revenons à l’Environnement. Voici ce qu’il faut vérifier :

 

-          Aimez-vous votre vie de célibataire ou votre conjoint ?

Soit vous êtes un célibataire épanoui et heureux, sélectif, ayant la sagesse d’attendre la bonne personne, soit vous êtes en bon couple : vous aimez une personne qui vous aime. Si vous n’êtes ni l’un ni l’autre, il est temps de lire mon livre « Le syndrome de Tarzan » (Béliveau éditeur) ! Ai-je besoin de vous rappeler ce qu’il faut faire d’un conjoint avec lequel vous n’êtes plus heureux ? Ai-je besoin de vous dire que si vous souffrez de solitude, c’est que vous êtes en dépendance affective ? Faut-il souligner que si vous avez juré de ne jamais plus être en couple, parce que ça fait trop mal, c’est parce que vous souffrez d’indépendance affective ?

 

-          Aimez-vous votre job ?

Combien de personnes ont choisi et exercent la profession qui les fait tripper ? Malheureusement très peu. Parfois, vous avez la profession de vos rêves, mais pas dans une entreprise épanouissante. Vous passez entre 35 et 40 heures par semaine, voire plus, sur votre lieu de travail. Que se passe-t-il quand vous y allez avec des nœuds dans le ventre à cause d’un patron dominateur ou d’un emploi que vous détestez ou dans lequel vous vous ennuyez ? Que diriez-vous de passer 40 heures à vous passionner pour ce que vous faites ou, simplement, s’il n’y a pas de passion, à travailler de façon plaisante ? Combien d’entre vous font le « blues du dimanche soir » parce que le lundi, il faut « retourner à la mine pousser des wagonnets dans le ventre de l’enfer » ? Qu’est-ce qui vous empêche de chercher autre chose, de reprendre des études, de remettre votre CV sur le marché ? Il y a deux personnes contre lesquelles vous n’avez pas le droit de râler : votre conjoint et votre patron parce que vous pouvez tous les deux les virer !

 

-          Aimez-vous  votre domicile ?

Je veux aujourd’hui démolir une fausse croyance : les gens heureux ne sont pas heureux partout ! Ils ont besoin d’être dans le bon pays, dans la bonne ville et dans un logement qui leur plaît et dans lequel ils sont bien. Êtes-vous dans le bon pays ? Dans la bonne ville ? Aimez-vous votre logement ? C’est très important de vous sentir bien dans votre nid. Vous y passez du temps également. Qu’il soit petit ou grand, peu importe : il faut qu’il soit à votre convenance. Et si vous avez des voisins qui font la fête tout le temps, bien que la police soit venue une multitude de fois, qui font du bruit au-dessus de votre tête, qui vous font partager leurs ébats sexuels et vous empêchent de dormir, vous serez en déperdition d’énergie. Et donc de plus en plus irritable et agressif avec votre entourage. En revanche, si vous vous sentez en sécurité, bien confortable dans une décoration qui vous plaît, si vous avez plaisir à rentrer chez vous le soir, plaisir à y passer du temps pendant les week-ends, bravo !

 

-          Aimez-vous ou appréciez-vous les gens que vous fréquentez : parents, amis, amis de votre conjoint, belle-famille, patron, collègues de travail, voisins, etc. ?

Souvenez-vous que le négatif l’emporte toujours sur le positif. Vous ne pourrez jamais rendre quelqu’un qui est négatif, positif ! Imaginez (ou réalisez !) que votre conjoint n’aime rien : vous lui proposez d’aller au cinéma (il n’aime pas le cinéma), au théâtre (il n’aime pas le théâtre), à la campagne (il n’aime pas la campagne), faire du sport (il n’aime pas faire du sport), voir des amis (il n’a pas d’amis et n’aiment pas les vôtres), aller au restau (il n’aime pas les restaus), en voyage (il n’aime pas les voyages), il préfère rester devant la télé, sur le canapé à zapper devant la télé. Eh bien vous finirez assis à côté, sur le canapé, déprimé, parce que vous, vous aimez le cinéma, le théâtre, la campagne, le sport, vos amis, les restaus, les voyages et le reste ! Vous allez vous éteindre, tranquillement, usé, votre entourage vous dira « tu n’étais pas comme ça avant »… Avant quoi ?! Avant lui ou elle. Vous vous étiolez comme une fleur sans eau et sans lumière et vous devenez aigri, asocial comme l’autre, mais comme vous avez peur de la solitude, vous préférez fermer votre prison à double tour et garder la clef dans votre poche. Vous êtes en train de crever !!!!! Sans parler des parents ou membres de la famille qui vous rabaissent, de certains de vos (faux)amis qui vous cassent du sucre sur le dos et vous critiquent à la moindre occasion, les amis du conjoint (s’il en a !) qui vous tapent sur les nerfs, la belle-famille qu’il faut « se farcir » et qui vous sortent par les trous de nez, un patron Trou noir affectif qui vous en demande toujours plus sans reconnaissance, ni augmentation de salaire en retour, et des collègues de travail envieux ou médisants qui chuchotent quand vous passez ! Sans parler des voisins avec lesquels c’est la guerre parce qu’ils envoient leur neige dans votre cour ou que votre arbre leur fait de l’ombre ou qu’ils font du bruit !

Et ne venez pas me dire que c’est impossible de tout avoir ! Vous attirez ce que vous êtes, tant dans la vie privée, sociale que professionnelle. Alors si vous êtes heureux, vous attirez des gens heureux sinon vous les virez !

 

- Y a-t-il, dans votre Environnement, des personnes toxiques ou négatives ?

Personnes toxiques : qui vous humilient, vous frappent, vous démolissent, vous rabaissent, vous critiquent, médisent sur vous, etc. Bref, qui vous agressent verbalement ou physiquement, s’en prennent à vous.

Personnes négatives : qui voient tout en noir et sont tristes, portant la misère du monde sur leur dos, démoralisantes, qui « vous tirent du jus ». Les personnes toxiques sont forcément négatives, mais les personnes négatives ne sont pas toxiques : elles ne cherchent pas à vous nuire, elles se contentent de ressasser le passé, leur misère, leur malheurs et se laissent couler tranquillement, en vous entraînant avec elles.

Ce sont, dans les deux cas, des Trous noirs affectifs : les toxiques vous écrasent pour vous dominer alors que les négatifs coulent et vous entraînent avec eux si vous vous en approchez. Bref, quelque que soit leur rang (famille), ils (les toxiques) sont à éliminer de votre Environnement ou, c’est vous qui décidez, à voir à dose homéopathique (les négatifs). Ils ont le don de vous « foutre le moral en l’air », de « péter votre bulle », de saboter vos projets, voire votre confiance en l’avenir et en vous. Quoi que vous disiez ou fassiez, ils vous rabattront le caquet, vous enlèveront l’énergie d’avancer et démonteront vos projets. Ils démontent, saccagent, piétinent, détruisent, polluent, vérolent : ils enlèveraient la foi à un curé ou à Dieu lui-même !

D’autres éléments, qui peuvent paraître anodins au premier abord, sont pourtant importants : votre poids (en êtes-vous satisfait ?), votre couleur de cheveux et votre coupe, votre voiture qui n’est peut-être pas fiable et tombe en panne, quelque chose à réparer et que vous laissez traîner dans la maison ou l’appartement, bref quelque chose « qui vous fatigue ». Ca draine également votre énergie, petit à petit, sachant que la fatigue est l’ennemi du moral. Prenez soin de votre Environnement, je suis certaine qu’il n’y a pas tant de choses à changer que vous l’imaginiez. S’il s’agit de changer de job ou d’appartement, ce n’est pas si compliqué. Quand il s’agit de remettre votre relation de couple en question, ça vous fait peur et c’est bien normal. Cela dit, peut-être qu’une thérapie pour les deux remédiera à la situation. Au moment où vous lisez ma chronique, tout n’est pas perdu !

Je prends soin de mon Environnement et je le protège bec et ongles ! J’applique le principe des 6 niveaux logiques chaque jour de ma vie : ils m’ont permis non seulement de la reconstruire, mais également de maintenir le cap vers le bonheur et l’équilibre. C’est ainsi qu’après avoir vu toute ma vie s’écrouler en 2001, et moi avec, j’ai reconstruit ma fierté personnelle, sociale et financière. Pour rétablir mon Environnement, j’ai dû changer de pays (je n’étais plus bien en France), trouver une maison dans laquelle je serai bien et  me débarrasser de Jim, entre deux policiers, reprendre des études pour être coach. Le bilan aujourd’hui est simple : j’aime le Québec et les deux endroits où je vis (Le Plateau à Montréal et St-Jean-de-Matha), je suis une célibataire heureuse qui sera un jour une épouse heureuse, j’adore toutes les activités professionnelles que je fais dans le plus grand plaisir et les gens avec lesquels je monte mes projets et je travaille, comme les animateurs de radio (Josey Arsenault, Renée Langlois, John Ferguson et Dominique Malouin), j’ai viré ma mère qui est toxique ainsi que toutes les personnes toxiques et négatives et j’ai une fille, Cassandre, qui est formidable : c’est un véritable privilège de vivre avec elle ! Je fais du sport pour avoir un esprit sain dans un corps sain (quand ça me fait plaisir et non systématiquement), j’ai le bon poids, je mange santé, j’ai une coiffeuse/coloriste qui a compris mon style, Jennifer de la Bôîte à Coiffer, sur Mont-Royal. Bref, j’ai un Environnement favorable à 100 % et je le préserve chaque jour. Car, il ne suffit pas de le remettre à niveau, il faut également le protéger. Souvenez-vous que les gens toxiques et négatifs génèrent des situations toxiques qui engendrent des émotions négatives : c’est mathématique ! Comment pourrais-je faire une séance de quatre à cinq heures, avec un client, en écoute active et techniques si quelque chose ou quelqu’un détournait mes pensées ? Je me dois d’être à 100 % avec mon client.

Et si vous avez besoin d’un coach pour vous aider à y voir clair et à remettre de l’ordre dans votre vie, c’est le plus beau cadeau que vous puissiez vous faire, parce que, comme dirait L’Oréal : « VOUS LE VALEZ BIEN » !

Prochaine chronique : Niveau 2 – Les Comportements

One thought on “L’ENVIRONNEMENT (Les 6 niveaux logiques de Robert Dilts : premier niveau)

  1. PEZE

    Bonjour,

    Je suis actuellement engagé dans une formation pour devenir praticien en PNL. J’ai suivi pour le moment deux modules de 3 jours en technicien PNL.
    J’y ai découvert les niveaux neuro-logiques de Dilts-Bateson et j’approfondis mes connaissances pour mettre en place un modèle de travail futur en tant que coach.
    C’est donc avec un grand plaisir que j’ai découvert vos articles sur le sujet. Ils sont complets, référencés et font appel à des exemples qui aident la compréhension.
    En même temps si je puis je permettre je suis interpelé par 2 choses. Tout d’abord, et je reconnais que c’est certainement ma carte du monde, je trouve le ton parfois un peu violent (« viré ma mère qui est toxique »). Pour moi la PNL doit être distante de tout jugement. De plus, je trouve que la PNL offre des outils pour changer notre perception des dits toxiques et ainsi qu’ils le deviennent beaucoup moins. Dans le cadre d’une société il y a toujours des toxiques et on ne peut pas toujours les « virer ». Il m’apparait donc plus simple de modifier notre perception.
    Cela étant dit je tiens à vous remercier très sincèrement de ce partage que vous avez fait en y joignant des éléments de votre vie personnelle.

    Très sincèrement.

    Franck

    Reply

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam