LES CROYANCES/VALEURS (4è niveau des 6 niveaux logiques de Robert Dilt)

Votre Environnement est sain, vos Comportements reposent sur la confiance et l’estime et vous vous respectez, tout en respectant les autres, vos Capacités se développent à grands pas, qu’en est-il de vos Croyances et de vos Valeurs ? (lire les chroniques qui précèdent sur les 1er, 2è et 3è niveau).

 

Quand vous étiez petit vous croyiez au Père Noël, dur comme fer, jusqu’à ce que votre méchant petit voisin ou une petite peste de votre classe ou encore un parent imbécile vous dise « Pff ! Tu crois encore au Père Noël, toi ?! Il n’existe pas ! ». Vous y avez cru tant qu’il existait pour vous, jusqu’au jour où quelqu’un brise cette magie.

 

CE QUE VOUS CROYEZ EXISTE.

 

Vous croyez en Dieu, Il existe, vous n’y croyez pas, Il n’existe pas. Vous croyez en vous, vous existez, vous ne croyez pas en vous : vous n’existez pas ! Vous faites tout pour le prouver, alors que, comme je l’écrivais dans l’article précédent, c’est un droit acquis de naissance. Dès que vous naissez, vous existez. Pourtant, si vous croyez que vous n’êtes personne et bien bonne nouvelle : vous n’êtes personne ! Si vous prenez ce principe à la lettre, ce que je crois existe, pourquoi croire des choses négatives au lieu de croire au positif ? C’est ainsi que depuis votre plus tendre enfance, vous « gobez » des croyances portantes (positives) et des croyances limitantes (négatives), surtout limitantes pour la plupart ! Les trois croyances les plus limitantes sont « je ne suis pas capable », « je ne vaux rien », « je ne le mérite pas ». Si vous partez dans la vie ainsi harnaché, c’est sûr que vous n’existerez pour personne, puisque pas même pour vous !

 

Et des croyances limitantes, vous en avez tellement « achetées » ! Je vous en livre quelques unes que vous croyez peut-être encore. Désolée si je « pète votre bulle », mais il est temps de grandir : le Père Noël n’existe pas ! Qui n’a pas cru (ou ne croit pas encore) qu’aimer, c’est souffrir ? Qu’un couple, ça ne peut pas durer ? Qu’il faut faire des sacrifices, des concessions et des compromis (SCC !) ? Que rien n’est facile dans la vie ? Qu’on ne peut pas tout avoir ? Qu’il y a toujours un revers à la médaille ? Tout cela est faux ! Si vous croyez au Prince Charmant, il y en a toujours un pour vous dire « Hein ! Ça n’existe pas, ils l’ont dit à la télé ! ». A ce sujet, il faut juste faire la différence entre le Prince Charmant, qui existe, il y en a un pour chacune : le meilleur des hommes pour vous ! Et le Prince Charmeur : c’est celui qui vous séduit et vous déshabille… de tout ce que vous possédez et principalement sur l’aspect financier ! C’est encore la différence entre charmer (être) et séduire (faire).

 

J’ai longtemps cru que les extrêmes s’attirent et que c’est pour cela que j’attirais de grands déséquilibrés. Eh oui, je le savais que ceux qui se collaient à moi, comme des mouches sur du papier tue-mouche, avaient tous un problème et j’en étais très fière : je croyais que, comme les extrêmes s’attirent, c’était mon GRAND équilibre qui attirait les GRANDS déséquilibrés ! Eh non, c’était mon GRAND déséquilibre qui attirait les GRANDS déséquilibrés ! Je croyais aussi, comme on me l’avait inculqué, que la vie est dure et que c’est normal d’en prendre « plein les dents », alors j’en prenais « plein les dents » et je me relevais, en m’époussetant et je disais, comme les enfants : « Même pas mal ! », et je repartais au combat jusqu’au prochain mauvais coup. Je croyais aussi que dès que tu sors d’un coup dur, tu t’en remets et tu repars à zéro. Eh non ! Ta brouette se remplit de tous les coups durs et de toutes les méchancetés et autres qu’on (famille, profs, élèves puis conjoints, patron, collègues de travail, faux amis, etc.) vous fait endurer et votre brouette devient de plus en plus lourde, au fur et à mesure que vous avancez dans la vie. Jusqu’au jour où vous n’êtes plus capable de la soulever pour avancer : anxiété généralisée, tics obsessionnels compulsifs (TOC), phobies, dépression, burnout, etc. autant de symptômes que de messages que votre subconscient vous envoie à travers votre corps.

 

Qui n’a jamais entendu (et cru ?!) que les hommes sont tous des infidèles et des pourris  et les femmes, toutes des garces, intéressées que par l’argent ? C’est normal de se disputer dans un couple ? C’est bon de se réconcilier sur l’oreiller ? Comment faites-vous pour « baiser comme des lapins » alors que vous venez de vous traiter de grosse vache et  d’abruti ?! Le pire, c’est que mes clients pensent que le sexe opposé (ou le même sexe) n’est qu’une bande de névrosés : forcément, ils jugent le sexe opposé sur les névrosés qu’ils ont rencontrés, oubliant une chose : ce sont eux qui les ont attirés ! Tu attires ce que tu es ! Et ça n’est pas une croyance, c’est une VÉRITÉ ! Les dépendants affectifs attirent les dépendants affectifs. Les gens équilibrés attirent les gens équilibrés. De toute façon, s’il y en a un qui se trompe de camp, il est aussitôt rejeté ! Qui n’a pas cru que dès que votre nouvelle conquête, homme ou femme, est jalouse, c’est qu’elle tient à vous ? Faux, c’est le début des ennuis : la personne est jalouse et ça ne fait que commencer ! Qui n’a jamais cru que dès que l’autre vous dit « tu me manques », c’est parce qu’il tient à vous ? Faux ! C’est un dépendant affectif qui ne peut pas vivre sans l’autre ! Ne rougissez pas : J’étais la première à croire tout ça !

 

Vous l’aurez compris, il faut remplacer vos croyances limitantes (je vous propose d’en faire la liste et vous allez rire !) par de belles croyances portantes. Si vous ne réussissez pas à mettre à jour les limitantes (je vous en ai cité quelques unes), je vais vous aider à adopter les portantes : répétez après moi « je suis capable », « je suis quelqu’un de bien », « je mérite d’être heureux ». Imaginez les belles répercussions de ces trois phrases sur votre vie, si vous réussissez à les intégrer. Je les ai intégrées et je peux vous dire que mes croyances sont solides et positives. Je crois en moi, avant tout, et en quelque chose de plus grand que nous qui nous pousse : si vous êtes dans la bonne voie ce « quelque chose d’encore plus grand », que j’appelle moi l’Univers et que d’autres peuvent appeler Dieu ou Bouddha ou autre, selon vos croyances, vous « booste » et met sur votre route tout ce dont vous avez besoin. Si vous êtes sur la mauvaise voie, il vous « booste » aussi… vers les ennuis ! Vous attirez ce que vous êtes : positif, vous attirez du positif et négatif vous attirez les problèmes ! Après avoir cru beaucoup de bêtises qui m’ont conduite dans des situations abracadabrantes, j’ai dû échanger toutes mes croyances limitantes, qui m’avaient presque conduite au meurtre ( !), par des croyances portantes.

 

Aujourd’hui, je crois en moi et en mon avenir. Je crois profondément que je me suis inscrite dans le bonheur jusqu’à la fin de mes jours, que je vais vivre vieille, en bonne santé (je mange bien et je fais du sport, la croyance doit parfois être soutenue par des actions concrètes) et heureuse, que mes nombreux projets vont se réaliser (si j’en perds en route, aucune importance : j’aurai « trippé » le temps de les monter !). Je crois que je suis la spécialiste mondiale de la dépendance affective, qui est le manque de confiance et d’estime, et si vous trouvez quelqu’un qui a vécu ce que j’ai vécu, en a fait un livre et va en écrire d’autres, a monté ses propres techniques de PNL (programmation neuro linguistique) et utilise tous les moyens médiatiques possibles et imaginables pour éclairer ceux qui le souhaitent, si vous trouvez plus engagé que moi, alors je serai la deuxième spécialiste mondiale de la dépendance affective. Mais pour l’instant, je suis la première ! Ma confiance en moi vous sidère ? Peut-être qu’il est temps de développer la vôtre. Et je crois profondément que je vais rencontrer non pas un Prince Charmant (mon docteur m’a dit d’arrêter les p’tits jeunes – cf « Le syndrome de Tarzan » (Béliveau éditeur), mais un Roi Charmant !

 

Souvenez-vous que toutes vos croyances s’inscrivent dans votre « Site Internet Subliminal » et que les autres peuvent les décoder consciemment et inconsciemment. Vous reniflez à dix kilomètres à la ronde ceux qui ont besoin d’aide et sont des victimes que vous voulez sauver : comment faites-vous ?! Vous lisez dans leur « Site Internet Subliminal » toutes leurs mauvaises croyances et vous identifiez la belle en détresse ou le beau ténébreux qui souffre (et parfois, ils ne sont ni beau, ni belle… ils souffrent, c’est tout !) et vous volez à leur secours. Votre croyance étant qu’il faut aider son prochain, être à son service, se sacrifier pour le bonheur des autres. Vous vous croyez responsable de tous et de tout le monde et vous vous dispersez dans chaque personne que vous rencontrez, prostituant un peu plus votre capital santé et votre propre bonheur. Remplacez donc tout cela par « je ne suis responsable que de moi-même (en dehors des enfants) » et « je ne peux sauver personne, juste moi ». Je ne suis pas responsable de mes clients et je ne peux sauver aucun d’entre eux. En revanche, je leur donne tous les outils que je connais et je leur laisse le choix de détruire leur vie ou de la bonifier : c’est leur choix. Car ma croyance est que chacun a le droit de faire ce qu’il veut de sa vie, dans le respect de soi et des autres.

 

Réalisez-vous que toute votre philosophie de vie, depuis votre plus tendre enfance, repose sur des croyances limitantes ou portantes ? Vos parents sont les premiers à vous les diffuser. Ceux qui ne croient pas en eux ont eu des parents négatifs, voire destructeurs. A l’inverse, ceux qui croient en eux ont eu des parents qui croyaient en eux. La bonne nouvelle, c’est que vous pouvez parfaitement remplacer tout ce négatif par des croyances portantes, en repérant toutes les limitantes (amusez-vous avec un ou une amie à faire l’inventaire de ce que vous croyez de travers !) et en les démontant pour les remplacer par des portantes. Quand mes clients arrivent dans mon bureau, pour la plupart, ils ne croient plus en eux. Je leur montre simplement tout ce qu’ils ont fait de bon et de beau, toutes leurs réalisations, leurs victoires, leurs accomplissements et ils croient à nouveau qu’ils peuvent reprendre le contrôle de leur vie et être heureux. Et les valeurs dans tout cela, me direz-vous ? Eh bien, elles ne changent pas beaucoup : si vous avez grandi avec de belles valeurs, vous les conservez toute votre vie, même si à un moment donné, vous dérapez. Vous vous remettrez sur le droit chemin.

 

Ceux qui sont élevés sans aucun sens des valeurs, comme le respect, l’honnête, la loyauté, le respect de la parole donnée, l’intégrité, c’est parce qu’on leur a inculqué que tu peux tout faire quand tu es en situation de survie. C’est ainsi que les Desperados sont perdants d’avance quand ils tombent sur un Trou noir affectif : c’est comme si vous jouiez à un jeu de société dont vous respectez les règles mais l’autre n’en respecte aucune. Tous les coups sont permis ! Vous êtes perdant d’avance. Parce que pour le Trou noir affectif, la seule règle, c’est sa survie. Mes clients ont souvent les cheveux droits sur la tête quand ils me racontent (ils sont pratiquement tous des Desperados) tout ce que l’autre a fait. Ils ne comprennent pas ce manque de respect à leur égard, les mensonges, les manipulations, les humiliations. Manque de valeurs et situation de survie font très bon ménage pour dépouiller les Desperados asservis ! Mais attention, le Trou noir affectif clame haut et fort qu’il a des valeurs : les siennes ! Qui ne sont absolument pas les vôtres. Quand vous rencontrez quelqu’un, allez vérifier que vous avez les mêmes croyances et les mêmes valeurs, sinon vous allez au clash. Si mentir est impensable pour vous et que l’autre le fait quand ça le sert, combien de temps tiendrez-vous ? Quand l’un est porté sur l’argent et l’autre pas ? Quand l’un a des croyances religieuses et l’autre pas ? Quand l’un croit en lui et l’autre pas ? Validez cet aspect « Croyances/Valeurs » et si vous êtes sur la même longueur d’onde, c’est bon signe.

 

Bref, si vous ne croyez pas en vous, vous crevez à petit feu, de l’intérieur, alors qu’à l’extérieur, vous vous battez tout le temps. C’est épuisant ! Vous vous battez contre vous et contre les autres. Si vous croyez en vous, vous pouvez tout et vous construisez, dans le présent, un futur épanouissant. Que dites-vous de remplacer vos croyances limitantes par des portantes ?

 

Prochaine chronique : l’Identité – 5è niveau logique – Une fois que votre Environnement, vos Comportements, vos Capacités et vos Croyances/Valeurs sont gérés et développés, l’Identité se révèle.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam