Les filtres inconscients de motivation

By | 3 octobre 2014

Mais quels sont ces filtres inconscients que possède tout être humain et qui sont à la base de nos comportements ? Avant de répondre à cette question, il faut d’abord savoir que ces filtres se mettent en place chez tout être humain hors de notre champ de conscience. Car, selon l’influence de notre famille, de notre génétique, de notre environnement social et notre propre psyché, certains filtres sont mis de l’avant et d’autres sont éliminés.

Ces filtres ou métaprogrammes furent développés par Richard Bandler et codifiés par Leslie Cameron Bandler, au début des années 1980. Ils furent ensuite repris et leur étude approfondie, afin de les utiliser dans le domaine des affaires par Roger Bailey et Ross Stewart, qui leur donnèrent le nom de « Bio Data » ou de « IUP Profile », qui devint le « LAB Profile ». Puis, ils furent à nouveau repris par Wyatt Woodsmall et Tad James, afin de les appliquer autant à la thérapie qu’au domaine des affaires dans le « Values Inventory » ou « MPVI ».

Ces métaprogrammes sont des filtres au moyen desquels une personne organise et traite l’information provenant du monde extérieur. Ceux-ci déterminent nos comportements dans un contexte donné. Ils précisent comment nous sélectionnons, distorsionnons ou généralisons l’information que nous recevons du monde extérieur. Ils déterminent également nos comportements dans les diverses situations de la vie.

Il y a une centaine de métaprogrammes différents concernant notre motivation ou démotivation, ainsi que la façon dont nous recueillons l’information. Un de ces filtres détermine nos facteurs de décision et permet de déceler si nous sommes motivés par ce qui est pareil ou par ce qui est différent de nous. Recherchez-vous les gens et les situations qui vous ressemblent ou bien préférez-vous les distinctions et savoir que vous êtes différent des autres ?

Les personnes du type « pareil » préfèrent quelque chose qu’elles connaissent déjà, à quelque chose de nouveau. Par exemple, s’il s’agit de choisir un lieu de vacances, elles préfèrent retourner à un endroit qu’elles connaissent et recherchent la stabilité et la continuité dans le travail. Elles veulent que leur monde soit toujours le même et ne supportent pas les bouleversements, au point d’aller jusqu’à refuser tout changement dans le travail, l’équipement, l’horaire et même un nouvel emploi. Elles peuvent cependant les accepter, s’ils surviennent à des intervalles espacés.

Cependant, les personnes de type « différence » parlent des changements, des éléments nouveaux, différents et utilisent les comparatifs tels que : plus, meilleur, moins. Elles aiment les changements, ainsi que de travailler dans un environnement nouveau et différent et changent d’affectation tous les deux ans au moins.

Quel est votre filtre sur lequel se basent vos décisions ? Pareil ou différent :

Isabelle David

Présidente de IDCOM International

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam