Les métaphores, outil de communication avec l’inconscient

LA PNL comme bien d’autres approches, utilise les métaphores pour leur efficacité dans les processus de changement, de modification des comportements. Les métaphores permettent de communiquer directement avec l’émotion, l’inconscient, sans se soumettre à la critique rationnelle.

 

Identifier les métaphores

On observe d’abord quel usage en fait notre interlocuteur, car elles vont traduire non seulement l’expérience dont il parle, mais la façon dont il comprend son environnement, et comment il construit sa carte de la réalité. Certaines expressions du langage courant s’inscrivent dans des logiques bien particulières.

Dans les parcours de développement personnel, on s’intéressera en particulier aux métaphores liées à la perception du corps, à l’identité. On peut ainsi repérer des thèmes comme le corps vécu comme contenant et l’émotion comparée à un fluide :

– La goutte d’eau qui fait déborder le vase

– Submergé par l’émotion

– Débordé de chagrin

La personne peut aussi être vécue comme une forteresse, ce qui donne lieu à d’autres métaphores :

– Camper sur ses positions

– Se blinder, consolider

– Assiéger, conquérir.

– Livrer bataille

Au cours de l’entretien, il sera utile de relever les expressions métaphoriques et de les rassembler en un tout descriptif de la relation entre la personne et son environnement.

En créant des métaphores, on peut aussi élargir l’espace conceptuel. Des comparaisons avec le monde sportif sont souvent utilisées dans les approches managériales, le thème de l’équipe, de la compétition, de la performance

Différentes formes de métaphores

La PNL fait la différence entre des métaphores simples, superficielles et d’autres plus profondes.

Les premières se fondent sur un simple isomorphisme entre deux éléments ; dans le langage, il s’agit de comparaisons introduites par des mots tels que « comme », « pareil », « tel » et autres expressions indiquant la similarité ou la dissemblance des éléments comparés.

Exemples :

– Mince comme un haricot vert

– Gras comme un phoque

– Léger comme une plume…

Les métaphores profondes se basent sur un homomorphisme structurel et non sur l’isomorphisme formel des précédentes.

Exemples :

Si on dit « Stéphanie est souple comme un chat », c’est une simple comparaison, il y a un isomorphisme de forme. Si on dit « Stéphanie a pété les plombs », c’est une métaphore.

Les métaphores opèrent un glissement contextuel, ainsi, on attribuera à un objet des qualités spécifiques d’un autre (humain, animal, etc.) C’est ainsi que procède le langage poétique, et le praticien PNL expérimenté.

Les métaphores de ce type exigent en effet d’avoir atteint un niveau de pratique intuitif permettant d’accéder facilement aux dimensions structurelles des situations, des expériences, des difficultés, pour mieux les rattacher à des symboles signifiants dans la carte de la réalité.

Différentes formes de pensée

S’inspirant des positions de Gregory Bateson, la PNL définit très schématiquement, deux façons de raisonner, la première se base sur la déduction, et la seconde sur l’induction:

Déduction Induction

Les hommes meurent Les hommes meurent

Socrate est un homme L’herbe meurt

Socrate va mourir. Les hommes sont de l’herbe

La déduction est aussi indispensable pour raisonner logiquement, que l’induction nécessaire à la créativité. Les deux participent pleinement à l’efficacité du raisonnement. Dans les processus de changement, de développement personnel, nous tendrons cependant à exercer notre pensée inductive afin de créer des métaphores intéressantes et efficaces.

Entraînement

Exercice : Exercez votre pensée inductive

1. Comparaisons : Ceci est pareil à …..

Deux personnes A et B désignent tour à tour des objets de leur environnement et complètent la phrase sur le modèle suivant :

– Ceci est semblable à ………parce que………..

2. La sculpture

Exercice à réaliser en groupes de 3 à 5 personnes

Première étape :Un des participants prend une pose, le second prend la même pose mais y ajoute un détail, et ainsi de suite jusqu’à ce que chacun ait pris 2 poses.

Deuxième étape : le groupe se réunit et, à partir des poses construit un scénario.

Etudes de cas : prenez un exemple qui vous pose un problème dans votre activité professionnelle et examinez la situation :

– Aspects formels : contenus

– Aspects structurels : fonctionnement, environnement, organisation

– Aspects symboliques : images associées

– Aspects métaphoriques du langage descriptif

 

Construction d’une métaphore :

– A partir du cas précédent imaginez une très courte histoire ayant la même structure que le problème mais des contenus différents et une issue positive.

– Imaginez maintenant une action non verbale ayant le même sens que la courte histoire.

– A partir de ce cas, imaginez un recadrage en une phrase, selon la technique habituelle en PNL

– Quelles sont les similitudes et les différences entre le recadrage en une phrase et la métaphore ?

 

Exercice

Groupes de 3 à 5 personnes, un des participants joue le rôle d’enquêteur, les autres ses conseillers

Etape 1

L’enquêteur décrit un problème, un objectif ou un défi qu’il souhaite relever. Les autres prennent des notes et cherchent les mots importants, ou révélant une ambiguité.

Etape 2

Chacun des conseillers va apporter son aide en se répartissant les missions ainsi:

Conseiller n°1

Il doit aider l’enquêteur à définir le cadre temporel dans lequel se situe la difficulté, ou celui qui est présupposé, puis à le modifier en passant du court au moyen et long terme, etc…

– Conseiller n°2

Il va aider l’enquêteur à définir la position de perception utilisée dans la difficulté et à modifier, même radicalement le point de vue. Le conseiller peut avoir recours à des « mentors »…

-Conseiller n°3

Il va assister l’enquêteur et définir le ou les niveaux logiques dans lesquels se situe le problème, en cherchant les présupposés justifiant les choix, les valeurs et les motivations

Conseiller n°4

Il aide l’enquêteur à trouver les matrices neuro sémantiques du problème et à mieux définir les déséquilibres éventuels.

 

Etape 3

1- le groupe discute à propos des présupposés, croyances et valeurs impliqués dans le problème, et de ce qu’il faudrait pour élargir la perspective

2- chaque membre du groupe , y compris l’enquêteur, construit une représentation visuelle de la solution envisagée en procédant comme suit:

– construire une nouvelle représentation

– ajouter des précisions à la représentation déjà existante

– présenter une métaphore, une analogie, un recadrage en une phrase.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam