On a localisé le siège du coup de foudre

Le coup de foudre amoureux est un vrai dopage !

Pensez à l’expérience de votre dernier coup de foudre. Avec la PNL, vous pouvez vous demander « comment je sais que j’ai eu un coup de foudre ? » et commencer à rechercher la localisation du ressenti à partir duquel vous avez créé les équivalences complexes « coup de foudre »  Vous avez probablement ressenti quelque chose de fort au niveau de la poitrine et pensé que le coup de foudre est une question de cœur.

De façon linguistique et métaphorique, vous avez raison. D’un point de vue anatomique et physiologique, vous vous trompez car le « coup de foudre » se passe dans le cerveau.Pour la recherche scientifique le coup de foudre ne serait pas ressenti par notre cœur mais par notre cerveau ! Et par l’IRM fonctionnelle, on a pu identifier les zones cérébrales sollicitées par l’amour. Le processus du coup de foudre est très court (un cinquième de seconde) ce mécanismes de l’amour  ressemblent à ceux provoqués par la cocaïne.Une méta-analyse a regroupé les résultats de 6 études mesurant la modification de l’activité cérébrale de personnes à qui l’objet de leur amour avait été présenté. Quand une personne tombe amoureuse, plus de 12 régions cérébrales s’activent et libèrent des médiateurs chimiques euphorisants comme l’adrénaline, la dopamine, l’ocytocine, la vasopressine et le NGF (nerve growth factor). On comprend pourquoi tomber amoureux peut provoquer des effets proches de ceux produits par la cocaïne, et pourquoi l’état amoureux peut devenir une véritable dépendance.

Les différents types d’amours ne solliciteraient pas les mêmes zones du cerveau. Par exemple, il existerait des zones distinctes pour l’amour inconditionnel (comme celui d’une mère pour son enfant) ou pour l’amour conditionnel et passionnel (celui des amoureux).

Source : « Neuroimaging of love: fMRI meta-analysis evidence toward new perspectives in sexual medicine » .Ortigue S, Bianchi-Demicheli F, Patel N, Frum C, Lewis JW.- Journal of sexual Medicine  2010 Nov;7(11):3541-52.

Commentaire : voila une découverte scientifique qui montre avec la PNL que la carte n’est pas le territoire, que le « coup de foudre qui touche le coeur » se passe non pas dans le coeur mais dans le cerveau. Et aussi que le coup de foudre est un vrai dopage, une violente expérience subjective puisque les chercheurs la comparent à celle procurée par la cocaine. Je ne doute pas que ces découvertes vont déboucher sur les nouvelles approches de la thérapie amoureuses et des dépressions post rupture amoureuses. Et j’imagine que si on comprend mieux la chimie amoureuse il y a des risques de la détourner de façon abusive et non écologique : faire des dosages sanguins lors des bilans amoureux (débouchant sur certificats médicaux « bon pour le mariage » ou « bon pour le divorce » ou sur une prescription médicale de substances dopantes), provoquer un état amoureux artificiels pour ceux qui ne trouvent pas l’âme soeur, proposer des coktails amoureux (1/3 de vasopressine, 1/3 de dopamine et un zeste de NGF) dans les boîtes de nuit (coup de foudre guarenti ou emboursé)…ou interdire le départ du tour de France à vélo en cas de coup de foudre amoureux.

source:http://pnl-info.typepad.com/pnlweblog/2011/10/coup-de-foudre-dans-le-cerveau.html

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam