Protocole de lutte contre la Procrastination

Par Alain NERRIENET Et Luc GEIGER

Il apparaît que la stratégie de procrastination est nettement orientée temporellement vers le « présent » avec une représentation essentiellement « kinesthésique », une direction de la motivation qui cherche à « s’éloigner de » ce présent de façon « réactive ».

Par contre, la stratégie d’action est nettement orientée temporellement au « futur » avec une représentation « visuelle » de celui-ci, une direction de motivation « aller vers » ce futur imaginé et un engagement plutôt « proactif ».

Maintenant, la question est de passer de la stratégie de procrastination : « réagir en s’éloignant du présent ressenti » à la stratégie d’action : « agir en allant vers un futur visualisé »

Protocole

Objectif : Passer de la stratégie de procrastination : « réagir en s’éloignant du présent ressenti » à la stratégie d’action : « agir en allant vers un futur visualisé ».

1) P installer une ligne du temps, du présent vers le futur (voir schéma). P demande à S de vivre intérieurement et intensément sa vie s’il devait continuer à procrastiner, dans tous les domaines, en toutes situations. S s’en représente les désagréments en s’y associant.

2) P demande à S d’avancer vers le futur sur sa ligne du temps tout en s’imaginant les pires conséquences négatives de la procrastination. S ressent le déplaisir des conséquences (perte d’amis, de travail, d’argent, d’amour, d’estime de soi et de son entourage, passif, inactif, fainéantise, perdition, ….). L’objectif est d’amener au plus grand déplaisir possible.

3) En position méta, S prend conscience du chemin de vie désagréable qu’il est en train de prendre. Symboliser cette situation négative par un mot ou une image.

4) Etat séparateur

5) S se replace à côté de la zone future dans la même position par rapport à son présent (exemple dos à son présent, s’il a terminé dos à son présent). P demande à S de vivre, de façon associée tout ce qu’il sera capable de vivre s’il ne procrastine plus, avec le maximum de ressenti positif. L’objectif est d’amener au plus grand plaisir possible. P ancre l’état positif

6) P maintient l’ancrage, tandis que S recule sur sa ligne du temps en gardant cette représentation et ses sensations positives.

7) En position méta (sortir de la ligne du temps), en restant près de la zone ‘Présent’, S prend conscience du chemin de vie agréable qu’il peut prendre. Symboliser cette situation positive par un mot ou une image.

8) Etat séparateur

9) S identifie le 1er stimulus du démarrage de la procrastination ( il a été mis à jour lors du décodage de la micro-stratégie lors du questionnaire EP-ED-ECO). P explique à S qu’il devra s’associer à la situation future positive au moment ou P lui donnera le signal en prononçant le mot ou l’image correspondante. P fait revivre le stimulus à S puis réactive l’ancre et prononce le mot ou l’image associée au futur positif, et S s’associe alors à la situation future positive. Faire autant de fois que nécessaire

10) Etat séparateur

11) Pont sur le futur. S imagine une autre situation de procrastination à venir. Si la représentation de la situation positive (image ou sensation…) apparaît, fin du protocole, sinon revenir à l’étape 9.
Remarque :

Pour le cas où S ne parviendrait pas à associer le stimulus du démarrage de la procrastination avec la situation future positive, alors nous pourrons utiliser le protocole du « Fondu Visuel » avec d’un côté le stimulus du démarrage de la procrastination et de l’autre la situation future positive.

Nous pourrons renforcer cet apprentissage lors de séances ultérieures par d’autres protocoles déjà existants :

– Empilement d’ancre
– Cercle d’excellence associé à un ancrage comportemental
– Générateur de nouveaux comportements
– Négociation entre partie

Alain NERRIENET Et Luc GEIGER/www.serene.fr

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Protected by WP Anti Spam