observation du corps dans la communication : le cou, la nuque

La manipulation du cou

La zone du cou renvoie à l’image que l’on a de soi et que les autres ont de nous. Un geste au niveau du ventre concerne ce que j’ai, celui au niveau de la poitrine, ce que je suis et celui au niveau du cou, ce que je représente. Jouer avec les plis de son cou montre que Claire est mal à l’aise avec son interlocuteur qui représente l’autorité.

Elle aimerait pouvoir lui dire ce qu’elle pense mais se retient du fait de la position hiérarchique. “C’est l’équivalent de la micro-démangeaison du noeud de cravate chez les hommes”, note Philippe Turchet.

Par ailleurs, ce geste est à ne pas confondre avec celui de jouer avec son collier pour une femme, qui trahit plus une volonté de séduire

La nuque

Un geste dans le dos renvoie à quelque chose que l’on cache. En l’occurrence, on est ici face à un non-dit, que l’on en soit à l’origine ou non. François ressent un picotement du côté droit, celui qui est lié à autrui. Ce non-dit ne le concerne pas directement, comme cela aurait pu être s’il avait exécuté ce même mouvement à gauche. Le message qui circule dans sa tête peut être : ‘Il ne faut pas que je lui parle de telle chose qui le concerne car il n’est pas prêt à l’entendre’.

Les autres signes

L’index de sa main gauche posée sur la table n’est pas rentré. Il est même dissocié des autres doigts, signe qu’il a envie de parler… même s’il sait qu’il ne le faut pas. Dès l’enfance, on utilise l’index pour désigner ce dont on veut parler. Il est donc important d’observer ce que son interlocuteur en fait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *