Apprenez à gérer votre patron

Savoir travailler ensemble, en bonne intelligence et de manière efficace et productive, dans l’intérêt de chacun et dans celui de l’entreprise , est loin d’être acquis d’avance, et ce n’est pas toujours une question de personnalité.

Une relation de travail constructive nécessite en premier lieu une bonne connaissance de soi, de ses points faibles comme de ses points forts, de ses méthodes de travail, de sa capacité à supporter ou non l’autorité de son patron et les frustrations qu’entraîne toute situation de dépendance.

Il est tout aussi dangereux dans la pratique quotidienne d’être trop dépendant que d’être incapable d’accepter l’autorité. Il faut être capable de discerner ce qui nous gêne dans notre travail et ce qui le facilite et accepter le fait que ce qui est efficace vis-à-vis de ses collègues ne le sera pas nécessairement avec son patron.

Une relation de travail efficace doit donc en second lieu inclure la connaissance de ce patron : ses buts, ses moyens de pression, ses points faibles , ses points forts, ses propres méthodes de travail et les contraintes dont il est lui-même l’objet. Tous les patrons ne se ressemblent pas. Il y a ceux qui écoutent et ceux qui lisent ; il faut parler avec les premiers et confirmer par un document écrit ; les seconds auront besoin de réfléchir à partir d’un écrit avant d’en discuter oralement.

Il y a ceux qui sont organisés, qui ont besoin de rencontres formelles et ceux qui sont intuitifs. Il y a ceux qui aiment s’impliquer dans les prises de décision et ceux qui préfèrent être représentés et qui attendront de votre part une présentation des problèmes. Si votre mode de fonctionnement diffère trop de celui de votre patron cela engendrera inévitablement des impatiences et des incompréhensions des deux côtés et cela peut vite devenir un frein à la bonne marche de l’entreprise.

N’oubliez pas que votre patron est, comme vous, un être imparfait et faillible,qu’il ne dispose pas d’un temps illimité, et qu’il ne dispose pas non plus de connaissances encyclopédiques ou extra-sensorielles ; son énergie n’est pas non plus inépuisable ; il est soumis comme vous à des pressions et ses intérêts sont souvent divergents par rapport aux autres.

Soyez donc particulièrement vigilants quant à la gestion des informations. Ces dernières sont souvent perçues comme insuffisantes par le patron parce que ses subordonnés ont parfois l’illusion qu’il est forcément au courant de tout ! C’est rarement le cas et un patron doit pouvoir faire confiance à son subordonné : ce n’est pas toujours possible, non qu’il y ait rétention d’informations par mauvaise volonté, mais plutôt par oubli, par inadvertance ou tout simplement par méconnaissance des objectifs et priorités de ce patron.

Dans l’établissement d’une relation de travail productive votre rôle intervient pour 50% ,donc il vous revient de construire et maintenir des relations qui s’adaptent à vos besoins et méthodes réciproques, qui soient en harmonie avec vos attentes respectives, clairement identifiées, et qui utilisent les ressources et le temps de votre patron de façon sélective et opérationnelle.

Certains cadres ne sont pas conscients de l’importance de cette tâche qui peut leur faciliter énormément le travail et éliminer d’éventuels gros problèmes. Cependant ils sont en nombre de plus en plus grand qui considèrent que cette part de leur fonction est légitime : ils ont compris qu’ils doivent apprendre à établir et gérer des relations avec tous ceux dont ils dépendent, y compris et surtout avec leur patron.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *