S’affirmer sans s’imposer : des pistes pour progresser

Animer un réseau suppose d’assumer une posture de leader. Face à des entrepreneurs souvent volontaires, mieux vaut rester consensuel et agir avec tact. Savez-vous vous affirmer vos prises de positions avec facilité ?Un guide ludique pour tester vos manières de communiquer et les perfectionner.

Extrait de : 50 exercices pour s’affirmer, de Philippe Auriol etMarie-Odile Vervisch, éditions Eyrolles Pratiques, 2009.

Êtes-vous affirmé ?

« Se voir soi-même, c’est être clairvoyant. » Lao-Tseu

« Prends ta place », « dis ce que tu préfères », « ne sois pas timide », « respecte-nous », « tu vas quand même finir par obéir », « n’en rajoute pas »… Combien de fois avons-nous entendu ces phrases énoncées par des personnes qui nous veulent du bien ? Combien de fois nous sommes-nous soumis à ces injonctions ? Quel effet ont-elles eu sur nous ? S’affirmer, c’est choisir, à chaque moment de sa journée, la posture, le comportement et la relation aux autres adéquats. Cela demande de l’énergie et nous hésitons souvent : « Est-ce que cela en vaut la peine ? » Entre se soumettre à des injonctions – qui nous simplifient la vie – et jouer le rôle qu’on attend de nous, ou définir nous-mêmes notre position et notre désir, nous avons parfois du mal à choisir.

Et vous, où en êtes-vous dans votre capacité à vous affirmer au quotidien ? Ce premier chapitre vous propose de répondre à cette question. Pour cela, vous pouvez choisir d’évaluer votre niveau d’affirmation et de découvrir les pièges dans lesquels il vous arrive de tomber : affres de la passivité, de l’agressivité ou de la manipulation…

A lire également  Business PNL – La Programmation NeuroLinguistique

Vous pouvez aussi comprendre d’où viennent vos difficultés, ces limites à votre assurance, ces peurs qui vous empêchent d’être aussi affirmé que vous le souhaiteriez. Diagnostic fait, vous repartez avec quelques pistes pratiques à utiliser d’entrée de jeu pour choisir votre posture et votre comportement.

Comme le disait Dominique Chalvin – dont les travaux ont été une précieuse base à ce chapitre –, s’affirmer, c’est « ni paillasson, ni hérisson, ni polisson… mais à l’unisson »… À l’unisson de vous-même, d’abord : en phase avec votre vie, vos aspirations, votre personne tout entière. À l’unisson des autres, également, pour trouver une façon de vivre ensemble harmonieuse, détendue et satisfaisante pour chacun et d’abord pour vous-même, lecteur.

Exercice n°1
Mesurez votre niveau d’affirmation de soi

Où vous situez-vous sur le chemin de l’affirmation de soi ? Repérez, avec ce premier exercice, vos atouts et vos difficultés. C’est une première étape pour en savoir un peu plus sur vous-même.

Cochez spontanément la case qui, de façon générale, vous correspond.

Faites vos comptes à l’aide de ce tableau de correspondance :

Vous avez plus de 40 points, vous êtes un affirmé bien dans sa peau. Les autres ne vous font pas peur et vous savez vous adapter aux différentes situations. Il peut être intéressant de comprendre quelles sont vos ressources pour les partager avec les autres. Vous pouvez aussi repérer comment vous avez répondu : y a-t-il des phrases où vous avez cochées « plutôt pas d’accord » ou « pas du tout d’accord » ? Ces phrases correspondent sans doute pour vous à des actions à mettre en oeuvre pour développer encore l’affirmation de vous-même. Par exemple, si, tout en ayant 40 points ou plus, vous avez noté « plutôt pas d’accord » ou « pas du tout d’accord » à la phrase « On dit de moi que je sais écouter », vous pouvez considérer celle-ci comme un point de progrès pour renforcer encore votre affirmation.

A lire également  Comment les croyances influencent-elles la perte de poids?

Vous avez entre 27 et 40 points, vous avez encore des difficultés à vous affirmer. Repérez sur quels aspects cela vous est difficile en observant les phrases où vous avez cochées « plutôt pas d’accord » ou « pas du tout d’accord ». Ce sont sans doute ces aspects particuliers qui vous posent problème. Certes, vous avez des tas de bonnes raisons de ne pas dire tout haut ce que vous pensez tout bas ou de vous mettre en colère pour des broutilles, ou encore de maugréer quand vous n’êtes pas d’accord. Mais commencez par repérer les situations où vous prenez sur vous. La suite de ce livre vous aidera à comprendre les raisons qui vous empêchent de mettre en œuvre un comportement réellement affirmé dans des relations interpersonnelles très variées et pas toujours favorables.

Vous avez entre 12 et 26 points, vous pensez que les autres sont bien au-dessus ou bien en dessous de vous ; aussi avez-vous du mal à les traiter comme des égaux et à leur faire part de ce que vous pensez et ressentez. Il peut être utile de comprendre ce qui est à l’origine de ce comportement chez vous. Un peu plus loin, nous vous proposerons quelques pistes.

A lire également  Sortir du cadre pour amorcer un changement

Vous avez moins de 12 points, êtes-vous sûr d’avoir été totalement honnête avec vous-même ? Vérifiez bien chaque phrase et recommencez le comptage. Si votre deuxième total est toujours inférieur à 12, repérez si c’est en lien avec toutes ou certaines des affirmations. Et dites-vous que ce livre va vous aider à progresser rapidement.

Extrait de : 50 exercices pour s’affirmer, de Philippe Auriol etMarie-Odile Vervisch, éditions Eyrolles Pratiques, 2009.

Présentation des auteurs :
Marie-Odile Vervisch, docteur en ethnologie et spécialiste des évolutions culturelles des organisations et Philippe Auriol, diplômé de Sup de Co et spécialiste en conduite du changement sont consultants associés au sein du cabinet Safran et Co. Depuis 20 ans, ils entraînent ensemble des managers pour renforcer leur cohésion et efficacité collective.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *