Les éléments du changement

« Pour trouver la sérénité, nous devons accepter que tout change. Malheureusement, même si cela est vrai, il est difficile pour nous d’accepter ces changements. Parce que nous ne pouvons pas accepter la vérité de l’éphémère, nous souffrons . » ~ Shunryu Suzuki

A été écrit par Leo Babauta et traduit par Sébastien Juras

Le changement peut être une chose difficile. La plupart des gens veulent changer leur vie, mais éprouvent des difficultés soit pour démarrer, soit pour maintenir leur effort pour changer de vie réellement.

Je suis heureux d’annoncer qu’après des années d’étude, je suis devenu assez bon dans ce domaine. En fait, j’aime le changement, non pas parce que je sens que je dois améliorer ma vie, mais parce que dans le changement, j’apprends de nouvelles choses. Constamment.

Qu’est-ce que j’ai appris de mes diverses expériences ? Je pourrais écrire un livre sur ce point (et probablement le ferai un jour), mais l’essentiel se situe dans l’espace compris entre le fait inévitable du changement, et dans l’ incroyable résistance au changement à l’intérieur de nous-mêmes et des gens autour de nous. Nous voulons changer, mais nous en avons peur. Comment résoudre cette tension ?

Le changement peut être extrêmement difficile, ou il peut être merveilleusement joyeux. Je suis ici pour vous montrer les éléments de la voie joyeuse. Le chemin difficile … je pense que chacun de nous peut en faire l’expérience.

Mes changements récents

J’ai fait des dizaines de changements importants au cours des dernières années, en voici une courte liste de cette année :

  • J’ai perdu plus de 20 kg depuis l’année dernière. Mon intention n’était pas tellement de perdre du poids –  juste quelques kilos – mais plus de perdre de la graisse et de me sentir bien. La perte de poids en a seulement été une conséquence. J’ai essayé beaucoup de méthodes différentes, et finalement j’ai trouvé que seules deux choses importaient, et elles  sont ridiculement évidentes : réduire les calories et augmenter le nombre de calories que vous brûlez par l’activité. Trouver les moyens de faire ces deux choses a été la partie la plus amusante.
  • J’ai abandonné ma voiture pour la marche à pied, le vélo ou le transport en commun. La transition a tout d’abord été progressive. Puis, nous avons définitivement sauté le pas il y a quelques semaines lorsque nous avons vendu notre van, pour nous installer à San Francisco, et nous sommes sans voiture depuis.
  • Je me suis mis à marcher plus. Évidemment, cela va de soi, sans voiture, mais même lorsque nous avions notre van, je marchais une à deux heures par jour, juste pour le plaisir de marcher.
  • Manger des aliments avec peu ou pas d’emballage, avec des contenants réutilisables, si possible . Je recherche les fruits frais et les légumes, ainsi que les  fèves, les noix et diverses graines. Aucun de ceux-là ne nécessite des  besoins d’emballage et tout est bon.
  • J’ai abandonné la quasi-totalité de mes biens. J’étais en train de renoncer à mes possessions progressivement, en douceur, puis  radicalement lorsque nous avons vendu ou donné le restant avant de partir nous installer à San Francisco. Nous avons acheté quelques meubles ( principalement d’occasion), mais nous n’arrivons pas à la cheville de la (modeste) somme des biens que nous avions avant.
  • J’ai commencé à travailler moins. Une tâche doit être considérée comme très importante pour que j’envisage de la faire aujourd’hui. Cela signifie que je travaille moins d’heures, mais je suis plus efficace pendant ces heures.
  • J’ai considérablement réduit le temps que je passe en ligne. J’aime la lecture en ligne, et la connexion avec les autres, mais cela peut vraiment vous bouffer si vous laissez faire .
  • Je suis davantage axé sur être dans l’instant présent.
  • J’ai arrêté les objectifs et la planification à outrance. J’avais l’habitude d’ être un planificateur rigide et un concepteur d’objectifs. Vous pouvez le voir dans mes anciens posts ici sur Zen Habits. J’ai abandonné cette habitude.
  • Au lieu de cela, j’essaye de suivre le mouvement de la vie.
A lire également  Comment arrêter la procrastination ?

Encore une fois, il s’agit d’une courte liste -il y en a d’autres qui sont moins remarquables-, et probablement d’autres encore que  j’ai oubliés.

Les éléments du changement

Alors quels sont les enseignements (joyeux) à tirer de ces modifications ? J’ai isolé six idées, dont certaines se confondent. Elles sont très utiles pour parvenir enfin à faire des changements dans votre vie.

1. Vaincre l’inertie. Nous avons tous une inertie, la résistance au changement, en particulier les changements majeurs qui bouleversent nos modes de vie ou notre façon de penser. Parfois, il n’est pas difficile de surmonter cette résistance au changement -on peut être excité à l’idée de faire un grand saut pour remettre en état une certaine partie de notre vie. Cependant, le chemin joyeux vers le changement est dans le juste milieu entre l’absence de changement et le changement radical. Il se trouve dans les petits changements -aussi petits que possible. Assez petits pour ne pas ressentir la difficulté à démarrer, mais suffisamment important pour que le changement soit durable. Si vous faites un changement radical, il est fort probable qu’il ne dure pas très longtemps.

A lire également  Fini d’être débordé

Si vous sentez que l’inertie ne vous permet de faire que de minuscules changements, alors sortez faire de la marche, commencer à écrire, à peindre ou à jouer du violon pendant 5 minutes. Vous pouvez faire n’importe quoi pendant 5 minutes, cela  semble ridiculement facile, mais l’important est de le faire.

2. Vaincre la résistance des autres. Cette résistance peut être encore plus difficile à vaincre que votre propre inertie – très souvent les gens dans nos vies ne veulent pas changer. Ils sont négatifs, parfois ils essayent même activement de nous empêcher de changer. Il existe différentes stratégies pour vaincre cette résistance : vous pouvez leur demander leur aide pour les amener à participer au changement à vos côté, ou vous pouvez négocier avec eux pour que les changements ne perturbent pas ou peu leur vie, ou, si nécessaire, vous pouvez les sortir un peu de votre vie.

3. Trouver la joie. Voici la clé pour changer. Oubliez les autres étapes au besoin, mais n’oubliez jamais celle-ci. Vous pouvez faire quelque chose que vous détestez, pendant un petit moment, mais vous ne pourrez pas le répéter très longtemps. Si vous n’aimez pas courir, vous ne pourrez jamais courir régulièrement pendant longtemps . Vous avez besoin de trouver de la joie en faisant l’activité, et quand vous l’avez trouvée, vous avez gagné. Alors, soit choisissez une activité que vous aimez, soit vous trouvez quelque chose que vous aimez dans l’activité : accrochez-vous  à cela.

4. Maintenir cette joie.  La joie peut être éphémère, et pour la maintenir, il faut l’alimenter. Il s’agit d’une forme d’art, et je ne peux vous donner de règles ici. Si je le pouvais, je serais milliardaire et les règles changeraient le monde. Mais un conseil : profitez de votre joie, tous les jours. Vivez l’instant avec cette activité, au lieu de laisser dériver votre esprit. Stimulez régulièrement votre joie, en commençant par aborder les choses sous un angle nouveau ou en apportant quelques petites nouveautés. Trouvez de nouvelles personnes pour partager cette joie ; avec des gens qui l’aiment autant que vous.

5. Célébrer les petites victoires. Nous sommes souvent découragés parce que nous ne sommes pas allés aussi loin que nous le souhaitions : nous n’avons pas encore ces doubles tablettes de chocolat (après un mois d’ exercices ! ) ou nous ne sommes pas un blogueur à plein temps (après trois mois de blogging ! ). Mais nous oublions à quel point nous avons évolué. Chaque pas sur le chemin du changement est une victoire, non pas parce que nous avons accompli un but, mais simplement parce que nous avons fait le pas. Célébrez ce pas – par des bonds de joie, des cris Alleluia, vantez-vous en sur Facebook, laissez un message victorieux au marqueur en gras sur votre réfrigérateur.

A lire également  Exercices PNL

6. Faites de ce changement une partie de votre vie. Que ce changement reste avec vous pour toujours ou soit un coup d’épée dans l’eau, faire un changement a de la valeur ; dans la joie momentanée que vous en avez éprouvée, et dans les leçons que vous en avez tirées. Mais faire durer un changement est une très bonne chose. Pour intégrer le changement dans votre vie, il doit faire partie de vos habitudes quotidiennes. Si vous voulez méditer, vous devez le faire à une heure régulière : juste après avoir bu votre café et avant de vous doucher, par exemple. Votre café devient votre déclencheur de cette nouvelle habitude, et comme le café est déjà intégré dans votre vie, il devient un point d’ancrage sur lequel cette nouvelle habitude se fixera. Plus souvent vous prendrez cette nouvelle habitude après ce point d’ancrage, plus régulièrement vous la pratiquerez, et plus fermement cette habitude fera partie de votre vie.

Et enfin

Un dernier détail, à quiconque s’essaye à changer : vous allez échouer. Je ne dis pas cela pour vous décourager, mais pour vous libérer de la peur de l’échec. L’échec est une partie inévitable du changement, et en fait, il doit être célébré : sans défaillance, nous ne pouvons pas apprendre. Échouez, échouez souvent et apprenez. Ensuite, vous serez mieux préparé pour la prochaine tentative. Trouvez la joie dans tous les efforts, dans chaque victoire, chaque échec, et le changement sera une récompense en soi.

« Essayez à nouveau. Échouez à nouveau. Échouez mieux.~ Samuel Beckett

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *