Dialogue interne perturbant

la PNL pour communiquer avec une voix interne génante

Avec la PNL, vous savez qu’il est possible de dialoguer avec une voix interne perturbatrice. Nous pouvons dialoguer avec elle comme nous le faisons avec une personne réelle.  Cette voix est issue d’une partie de vous, donc dîtes lui ce que vous voulez ou demandez lui ce que vous voulez, et vous recevrez une réponse. Le plus souvent nous écoutons passivement la voix interne, ou nous cherchons à la combattre. Dialoguer avec elle ouvre de nouvelles perspectives

En combattant cette voix interne, vous aurez les résultats identiques à ceux que vous obtiendrez avec une personne ; c’est-à-dire une controverse et un conflit, mais rarement une solution. En fait, cela rendra la voix interne encore plus forte et plus contradictoire. Même si vous réussissez à crier plus fort qu’elle, cela ne la fera pas disparaître définitivement et elle reviendra vous hanter….”Plutôt que de considérer la voix génante comme une ennemie, pensez y comme si c’était celle d’un ami peu maladroit dans sa communication. Au lieu de tenter de lutter, de combattre ou de la fuir, vous pouvez apprendre à vous y connecter, à écouter avec attention ce qu’elle vous dit, et en découvrir plus à son sujet. Si vous écoutez vraiment la voix, et y répondez avec respect, elle deviendra de plus en plus raisonnable, et vous pourez commencer à en apprendre plus à son sujet.Naturellement et comme dans la réalité, vous pouvez au début ne pas recevoir de réponse, surtout si le rapport avec votre voix n’est pas très bon.  Si vous l’avez combattue pendant des années, ou tenté de l’éliminer, elle peut au début être dans la contradction ou ne pas vouloir vous parler.

Par exemple, quand un homme a essayé la première fois de communiquer avec une voix interne ennuyeuse, la réponse reçue était un violent “Vas te faire voir !!”  En continuant à parler à la voix d’une manière amicale, et en lui demandant une explication avec douceur, la voix a répondu, « Tu m’a complètement ignoré pendant 25 ans et maintenant tu veux me parler ?  Vas te faire voir ! ! ! »

Dans ce type de situation, il peut être très utile de s’excuser sincèrement. Vous pouvez expliquer que vous venez juste d’apprendre qu’il était possible de communiquer directement avec elle, et lui demander de pardonnez votre stupidité. En continuant de lui parler avec respect, elle finira par vous répondre, et vous pourez débuter un dialogue plus amical.

Quand une voix interne vous critique, vous rappelle vos erreurs passées, ou prédit vos futurs échecs ou d’autres événements désagréables, cette voix exprime une conclusion à partir d’un événement spécifique ou d’un ensemble d’événements. La voix n’exprime  pas un ensemble de faits, mais une opinion, une généralisation, ou un jugement concernant un ensemble de faits. L’événement ou les événements qui ont donné naissance à l’opinion exprimée sont généralement omis de la déclaration.

Par exemple, quand une voix signale, « vous êtes stupide, » ou « je suis stupide », ce n’est pas un fait, c’est une opinion à propos d’un certain événement qui n’est pas du tout mentionné. Il est aisé de conclure que le mot « stupide » s’applique à tout ce que vous faites, en toutes circonstances, et s’applique inexorablement à votre futur. Si vous pensez de cette façon, rien d’étonnat que vous vous sentiez très mal, ou même déprimé ou suicidaire.

L’événement réel sur lequel est fondé l’opinion pourrait être un événement aussi banal que celui d’un examen à l’école. Peut être n’aviez pas eu le temps de préparation nécessaire, ou étiez-vous malade, ou aviez-vous oublié l’examen, ou aviez-vous une autre raison de ne pas réussir votre examen. Si c’était le cas, c’était non seulement un événement isolé, qui de plus n’avait rien à voir avec le fait d’être stupide. L’événement  est en rapport avec le fait d’être trop occupé, ou étourdi, ou même quelque chose qui est complétement en dehors de votre contrôle.

Même lorsqu’une voix mentionne un événement spécifique, comme, « je ne peux pas croire que vous lui ayez dit cela ; vous êtes vraiment insensible » elle ne rend compte que d’une partie de ce qui s’est s’est réellement produit, à savoir une phrase prononcée à quelqu’un d’autre. Cette phrase omet toutes les autres informations sur cet événement, toutes les autres choses dites ou faîtes, qui était présent, les circonstances de sa survenue, comment vous vous sentiez à ce moment, et tout ce qui a pu contribuer à votre perception des événements.

La voix peut souvent projetter l’événement du passé dans le futur sous forme de prédiction. Non seulement vous avez échoué dans le passé, et de plus vous échouerez de façon identique dans l’avenir. Cette prédiction est parfois votre propre conclusion à propos d’un certain événement, mais elle est très souvent “mot-à-mot” ce que quelqu’un d’autre vous a dit.

En écoutant uniquement cette  voix et sa conclusion, vous omettez toutes les informations à propos de celui qui s’exprime, sur ce qui s’est produit à ce moment-là, sur la façon dont cette personne se sentait, et le contexte plus vaste dans lequel ces mots étaient prononcés. Tous ces éléments contribuent à la signification de ce qui a été dit. La récupération de cette information complémentaire change souvent spontanément la signification de l’événement, de façon à aboutir à une conclusion différente, et une réponse différente à celle ci.

Par exemple, la voix interne d’un homme provenait de son père, qui critiquait souvent ce qu’il faisait. En retrouvant le visage de son père, il a pu voir les rides de souci d’un père vraiment préoccupé à propos de son fils, et voulant le meilleur pour lui. Cela a complètement changé sa réponse aux mots pronnoncés par son père.

Retrouver l’information

L’information manquante peut être divisée en plusieurs catégories, et nous pouvons la retrouver en utilisant les cinq questions habituelles pour recueillir des informations sur n’importe quel événement : Qui ? Quoi ? Où ? Quand ? et comment ?

Vous noterez que le  « pourquoi ? » n’est pas dans cette liste. Les praticiens de la PNL savent que le  « Pourquoi ? » est bien moins utile, parce qu’il ne permet pas d’obtenir des informations sur l’événement lui-même, mais sur la compréhension ou la conclusion d’une personne à propos d’un événement. Demander « pourquoi ? » nous aménerait uniquement à la conclusion déjà exprimée, basée sur une limitation de l’information, ce qui ne changerait pas la signification de ce que la voix exprime. Notre objectif est de recueillir plus d”informations pour en tirer une conclusion plus utile.

En posant ces questions, il est important de noter votre expérience interne. Il n’est pas nécessaire de répondre aux questions de façon verbale. En y répondant verbalement, vous avez tendance à détourner votre attention de votre expérience, et c’est pourtant cette expérience qui peut enrichir et modifier la signification d’une voix interne. Les questions sont utile avant tout pour diriger votre attention.

Bien que chaque question dirige notre attention sur un aspect quelque peu différent de notre expérience, vous constaterez que les réponses se recoupent souvent. Quand vous demandez « Qui ? » vous pouvez également obtenir des informations sur le “Quoi ?”, le “Où ?”, le “Quand ?” ou  le “Comment ?”- et il en sera de même pour chacune des questions. Si chaque question est posée l’une après l’autre, c’est pour examiner de façon compléte tous les différents aspects d’un événement, et  rétrouver autant d’informations que possible.

Source : NLPCO, article de Steve Andreas “Escaping Troublesome Gulch: Using Your Internal Voices & Converting Negative Self Talk” Cet article est un extrait d’un ouvrage de Steve Andreas intitulé ” Help with negative Self talk

 

Source: http://pnl-info.typepad.com/pnlweblog/2011/10/coup-de-foudre-dans-le-cerveau.html

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *