PNL et formation

L’une des définitions courtes de la PNL est l’art de la modélisation, ou encore le décodage des experts pour reproduire le comportement humain.

Utiliser un langage adapté

Vous savez tous que nous avons cinq sens. La vue, l’ouïe, le toucher, l’odorat et le goût. En PNL, ça porte un nom : le VAKOG
– Visuel
– Auditif
– Kinesthésique (le toucher, externe sur la peau, comme interne dans les sensations)
– Olfactif
– Gustatif

Or, ce que l’on sait moins, mais que l’on remarque tout de suite dès que l’on en est conscient, c’est que nous parlons, et nous pensons aussi selon l’un ou plusieurs de ces cinq sens.
Par exemple, nous pouvons décrire la journée d’hier comme étant « d’une belle couleur ensoleillée » (Visuel) ou « une journée qui sonne clair » (Auditif) ou « qui résonne dans ma tête » (Auditif) ou encore « qui laisse un goût sucré » (Gustatif).

L’une des possibles causes de non compréhension entre le formateur et l’élève est tout simplement le langage. Un formateur très ‘visuel’ qui enseigne à un élève très ‘kinesthésique’ aura probablement du mal à se faire comprendre, d’où échec de l’apprentissage.

La flexibilité (maître-mot en terme de PNL) est donc une ressource vitale pour les formateurs, afin de pouvoir s’adapter à son auditoire et devenir à l’aise pour transmettre le même message dans plusieurs canaux sensoriels différents. Chaque élève puisera alors l’information qui lui convient bien.

Richard Bandler précise aussi que, si le premier niveau est la flexibilité du formateur, le niveau suivant est la flexibilité de l’élève. Car en fin de compte, c’est l’élève qui doit devenir capable de comprendre ses formateurs.

A lire également  Formation à l'auto hypnose

Le modèle du monde : comprendre l’autre « Mais je ne comprend pas »… Combien de fois avez-vous entendu cette petite phrase en formation ? Et le formateur de répéter, quasiment mot pour mot la même explication…
Malheureusement, plus de la même chose produit plus du même résultat.

Là encore, la PNL fournit des outils pour sortir de ce genre de communication inefficace. Le premier de ces outils est bien entendu le méta-modèle.
Par ses questions d’une efficacité redoutable, le formateur peut arriver à se mettre à la place de son élève, de rentrer dans ce que l’on appelle « le modèle du monde » et comprendre ainsi ce que l’élève ne comprend pas.
Temps gagné, stress diminué, facilité d’apprentissage… autant de gains pour les individus professionnels que pour les entreprises.

La puissance de la métaphore

Imaginons un cours de mathématiques.
Le professeur (ou le formateur s’il s’agit de formation professionnelle) explique que la fonction y=1/x est une fonction qui tend vers zéro lorsque x tend vers l’infini.

Pour tous les matheux (comme moi) qui lisent ça, ça paraît évident.
Mais pour les autres ???

Imaginons maintenant une scène totalement différente, et pourtant similaire.
Nous sommes sur un bateau en mer. Nous avons un verre rempli d’huile dans la main. L’huile remplit le verre jusqu’à une hauteur, disons, de 5cm. Vous voyez bien la situation ?
Maintenant, imaginons quelque chose de pas du tout écologique, mais comme nous ne faisons qu’imaginer… Nous versons le contenu du verre sur la surface de l’eau.

A lire également  Comment mettre fin à la procrastination

Que va-t-il se passer ?

L’huile va s’étaler. Au lieu d’avoir une hauteur de 5cm comme au début, elle va s’aplatir, la tache va se répandre, de plus en plus grande. Au fur et à mesure que la tache augmente de diamètre, son épaisseur diminue d’autant.
Au final, la tache aura couvert toute la mer (x = taille de la tache = infini) et elle fera une épaisseur proche de 0 (y = épaisseur de la tache d’huile).

L’utilisation de l’image métaphorique rend « réelle » une situation qui est à la base très abstraite (y=1/x). Par son analogie, la métaphore nous aide à comprendre.
Mémoire et canal visuel
Vous en conviendrez, pour mémoriser une chanson ou une musique, rien de tel que le canal auditif, « se chanter la chanson dans la tête ».
Mais pour d’autres informations ? Comme par exemple une règle de grammaire, les caractéristiques d’une ville, le chemin pour aller voir un client, la structure de l’usine sidérurgique dans laquelle vous travaillez…

Là encore, la PNL a étudié les experts, ceux qui savent bien mémoriser et retrouver l’information afin de savoir comment faire le plus efficacement et enseigner ces méthodes.

Prenons simplement un exemple de grammaire, issu de l’admirable livre « Apprendre à apprendre avec la PNL » de Alain Thiry et Yves Lellouche.
Comment différencier « le lapin a mangé » et « le lapin à manger » ?
Vous pouvez utiliser le canal auditif, et particulièrement ce que l’on appelle « le dialogue interne » pour vous répéter la règle de grammaire comme le professeur vous l’a indiqué. Je vous avoue que je ne m’en souviens même pas…
Par contre, je connais dans mon expérience la différence.
Pour « le lapin a mangé », j’ai l’image d’un lapin bien repu avec le ventre bien plein.
Pour « le lapin à manger », j’ai l’image d’un lapin cuit à point avec des petits pois et des pommes de terre fumantes autour.

A lire également  L'hypnose, la PNL et de la Communication - La clé de leadership fort

Utiliser des images est l’un des meilleurs moyens d’accélérer l’apprentissage. Structure de l’entreprise, du client. Caractéristiques de mon produit. Demande de mon client…

Et vous ?
Beaucoup d’entre nous sommes confrontés dans nos vies professionnelles à l’enseignement et l’apprentissage. Ne serais-ce que pour expliquer à un patron, un client, un autre employé mon travail, le « à faire » et le « à ne pas faire ».
Apprendre la PNL est l’un des moyens de gagner en excellence professionnelle, d’améliorer sa productivité et de réduire le stress.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *